Marchés

La revente des cadeaux de Noël sur internet se démocratise

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Ah ! l’esprit de Noël… Plaisir d’offrir, joie de recevoir. Sauf qu’il est bien gentil, le père Noël mais, parfois, il se trompe lourdement. Alors qu’autrefois, en de telles circonstances dramatiques, les cadeaux non désirés finissaient dans un grenier ou au fond d’un tiroir, voilà maintenant qu’une seconde chance leur est offerte. Et ce par la magie d’internet. Ainsi, une étude du site PriceMinister nous apprend que 30% des Français ont déjà, « au moins une fois », revendu un cadeau de Noël ne leur convenant pas. Ils n’étaient que 20% un an plus tôt : c’est dire si le phénomène prend de l’ampleur. Cela dit, par ces temps sinistres de crise qui n’en finit plus, c’est finalement aussi un bon moyen d’arrondir ses fins de mois. Cet aspect financier, près de 9% des Français l’avancent (8,7% exactement), ce qui est tout de même assez considérable. Les autres motifs incitant à la revente de ses cadeaux sont, eux, beaucoup plus classiques avec, dans l’ordre, « le cadeau déplaisait » (25%), « je l’avais déjà » (17%), ou « n’en a pas l'usage » (23%). Une formule intermédiaire consiste à utiliser une fois ledit cadeau, avant de s’en débarrasser : c’est notamment très approprié aux DVD (18% des cas avoués). On utilise à dessein ce terme d’aveux. Car si la pratique de la revente se démocratise, elle reste encore taboue. Seuls 17% des revendeurs avouent leur forfait à la personne qui leur a offert le cadeau (le père Noël, donc). L’immense majorité préfère donc encore le taire. Pour ne pas blesser, disent-ils à 81%.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA