La rivalité des standards audio s'intensifie

Jusqu'ici, SACD et DVD se partageaient le public restreint des « audiophiles ». Les règles du jeu changent, avec une offensive du SACD en direction du grand public. Le DVD n'est pas en reste, avec des baisses de prix spectaculaires.

Les nouveautés révélées à l'IFA à Berlin, fin août, l'ont confirmé : Philips et Sony entendent exploiter le standard du CD le plus longtemps possible. Avec des gammes et des prix orientés désormais vers le marché de masse, leur SACD, pour super audio CD, choisit la lutte frontale avec le DVD audio, dont l'ambition est précisément de supplanter à terme le CD. Aucun des deux formats ne semblant en mesure, en tout cas à court terme, de l'emporter.

Philips, qui lance le SACD1000, fait valoir que ce produit est « la suite logique du CD depuis vingt ans ». Une logique qui, selon Hubert Bouan, directeur de la division audio de Philips France, va dans le sens du consommateur puisqu'il y a compatibilité avec le CD, tandis que le DVD audio oblige à s'équiper de nouveaux lecteurs. Dans la foulée, Hubert Bouan affirme que plusieurs fabricants japonais « de premier plan », plutôt enclins jusqu'ici à suivre l'option DVD, ont rejoint le camp du SACD. Entraînant certains distributeurs dans leur sillage, ainsi que des éditeurs, dont Vivendi Universal.

Sony, qui détient le brevet du CD avec Philips, se rallie à cette analyse et se prépare à lancer une gamme de dix produits démarrant à 533,57 EUR (3 500 F). L'objectif est identique : briser le petit cercle des « audiophiles » pour toucher le grand public. Afin de clarifier les choses aux yeux de ce dernier, Sony annonce des animations en magasins dès novembre. La marque compte évidemment insister sur la qualité du son, avec le multicanal (six sources au lieu de deux), et sur la possibilité d'adjoindre de l'image. Les deux marques sont convaincues que leurs lecteurs mixtes SACD/DVD vidéo, lancés cette année, feront beaucoup pour le succès de leur standard audio.

En face, si l'offensive grand public du SACD est observée avec une certaine hauteur - la convergence vers le DVD ne fait aucun doute pour les Panasonic, Toshiba et autres LG ou JVC -, elle accélère néanmoins sévèrement la baisse des prix. Alors que son premier lecteur DVD audio s'affichait à 1524,49 EUR (10 000 F) il y a dix-huit mois, Panasonic s'apprête à lancer une gamme démarrant à 608,27 EUR (3 990 F) ! Il s'agit aussi d'accélérer la réunion du son et de l'image. « Notre démarche consiste à vendre du DVD image haut de gamme, donnant accès au son », explique Nicolas Tarroux, chef de produits hi-fi et autoradio chez Panasonic. Le DVD est maintenant un standard que les consommateurs connaissent bien. » Plutôt ésotérique et figé dans son image élitiste, le SACD ne devrait donc pas, selon lui, entraver la généralisation du DVD. Il en veut pour preuve la déclinaison de ce standard dans l'audio nomade et embarquée. Sur le plan de la compatibilité, enfin, la réponse du DVD au lecteur mixte de ses concurrents est évidente, puisqu'un seul appareil peut lire l'image et le son.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1739

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Nos formations

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message