La Samaritaine rouvrira en avril 2020 : voilà à quoi elle ressemblera

|

La Samaritaine, comprenant notamment un grand magasin de 20000 m² et un grand hôtel de 72 chambres et suites, rouvrira ses portes en avril 2020 après quinze longues années de fermeture…. et 750 millions d’euros investis par LVMH.  

La Samaritaine rouvrira bien en avril 2020.
La Samaritaine rouvrira bien en avril 2020.

« Bienvenue à La Samaritaine ! Il y a un moment où je me suis demandé si je pourrais un jour dire cette phrase. » Jean-Jacques Guiony, le PDG de La Samaritaine, ne cache pas sa satisfaction. Au cinquième étage d’un bâtiment encore en travaux, il accueille la presse en ce mardi 19 novembre 2019. C’est qu’il a un message à faire passer : « La Samaritaine rouvrira en avril 2020 ».

Enfin, serait-on tenté de dire. Voilà quasi quinze longues années - c’était à l’été 2005 - que le grand magasin a dû fermer ses portes, pour des raisons de sécurité. Quinze ans et 750 millions d’euros investis plus tard, LVMH, la maison mère, y est presque : La Samaritaine entame l’ultime phase de sa transformation. Celle qui va la conduire à rouvrir ses portes.

Un grand hôtel côté Seine

Ceux qui ont un peu de mémoire s’y reconnaîtront sans peine : la verrière, la structure, les grands escaliers monumentaux, tout est là. Intact. Bâtiment art déco, façade art nouveau : de ce mélange des genres architecturaux doit naître un ensemble du XXIe siècle, mêlant lieux de vie, avec crèche, logements, bureaux, et lieux de consommation, avec un grand hôtel et un grand magasin. « Cette mixité du projet est d’abord née d’une contrainte, reconnaît Jean-Jacques Guiony. Mais la contrainte crée la créativité et nous sommes fiers du programme établi. »

En tout, 70000 m² auront été entièrement rénovés. Du côté Seine, un grand hôtel, avec 26 chambres et 46 suites, « toutes avec vue », promet Olivier Lefebvre, directeur des activité hôtelières de LVMH, ravira sans doute les clients les plus fortunés – comptez sur 1150 euros la nuit, minimum. Son nom ? Cheval Blanc Paris, qui proposera également quatre offres de restauration, un Spa imaginé avec la maison Dior, une salle de fitness, un salon de coiffure et, cerise sur le gâteau, une piscine de 30 mètres avec vue sur Montmartre.

Un grand magasin de 20000 m²

Pour ce qui nous préoccupe plus particulièrement à LSA, le grand magasin La Samaritaine à proprement parler, rebaptisé La Samaritaine Paris-Pont Neuf, s’étendra sur 20000 m² de surface de vente. « Nous serons le plus petit des grands magasins ou, si vous préférez, le plus grand des concept-stores », insiste Eléonore de Boysson, présidente Europe et Moyen-Orient de DFS, filiale de LVMH vouée « à la vente de produits de luxe aux voyageurs internationaux ». Longtemps spécialisé dans le duty free des aéroports, DFS a désormais plusieurs cordes à son arc avec, dans son catalogue, une présence dans 16 aéroports et 18 grands magasins dans le monde. Et avec, surtout, depuis 2016, une expérience de grand magasin urbain menée à Venise, sur 8000 m², au sein du T Fondaco dei Tedeschi.

« Ces 20000 m² nous contraignent à faire des choix. C’est ainsi que nous n’aurons pas d’offre sur la maison, ni à destination des enfants, de même que nous ne vendrons pas d’articles d’épicerie fine », explique Eléonore de Boysson, qui précise, en revanche, « que douze points de restauration seront disséminés un peu partout dans le grand magasin. » En clair, et c’est somme toute parfaitement logique, en se privant d’une offre alimentaire, La Samaritaine s’interdit de venir marcher sur les plates-bandes des enseignes maison, Le Bon Marché et La Grande Epicerie de Paris, appartenant toutes deux à LVMH.

Les touristes mais pas seulement (mais beaucoup quand même)

Ici, entre la Seine et la rue de Rivoli, on trouvera donc de la mode, de la joaillerie, de l’horlogerie, des cosmétiques et une offre beauté qui s’annonce pléthorique avec, précise Eléonore de Boysson, « l’espace beauté le plus grand d’Europe post-Brexit (comprendre, hors Londres, Ndlr) ». Ce dernier s’étendra sur 3000 m² et devrait constituer l’un des clous du spectacle de La Samaritaine nouvelle, de même que le Spa ou encore l’espace VIP de 300 m², reconstituant un appartement parisien comme il n’existe plus que dans les rêves et les têtes des touristes asiatiques.

On cite ces derniers à dessein. Ils sont, bien sûr, la clientèle-cible prioritaire de cette Samaritaine orientée très haut-de-gamme avec ses 600 marques attendues, dont une quarantaine en exclusivité. Dans le lot, les marques de LVMH évidemment, Vuitton, Berlutti, Patou, Céline Dior, Givenchy, Guerlain ou Chaumet, pour ne citer qu’elles. Mais pas seulement. Pas seulement les marques LVMH et pas seulement, surtout, la clientèle touristique : « Nous voulons être un lieu de destination pour les locaux », assure Eléonore de Boysson, qui promet de nombreuses rencontres, ateliers et autres animations faisant appel "à l’âme de Paris."

Ces considérations romantiques évacuées, encore faut-il s’intéresser à un sujet certes plus prosaïque mais ô combien important : la rentabilité et, à défaut, le chiffre d’affaires. Bien sûr, Jean-Jacques Guiony se refuse à toute évocation précise, c’est de bonne guerre. Quartier oblige, à 500 mètres du Louvre et tout près du cœur historique de Paris, La Samaritaine pourra assurément compter sur plusieurs millions de visiteurs chaque année. Pour le reste, il nous faut nous en remettre à quelques savants calculs comparatifs. Lesquels, bien sûr, comparaison n’étant pas raison, ne nous donnent qu’une idée plus ou moins précise de ce à quoi s’attendre. Les Galeries Lafayette, boulevard Haussmann, réalisent un peu moins de 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires dans les 70000 m² exploités. On ne doit pas trop se tromper en évoquant alors, pour les 20000 m² de La Samaritaine, un minimum de l’ordre de 500 à 600 millions d’euros par an, une fois le rythme de croisière atteint.

 

Carnet des décideurs

Aline Burelier

Directrice financière de Make Up Forever

Stéphane Poncini

Stéphane Poncini

Directeur commercial France Sud de Ruinart

Nathalie Renaudeau

Nathalie Renaudeau

Directrice des ressources humaines de LVMH Recherche

David de la Iglesia

David de la Iglesia

Directeur des ressources humaines de Loewe, groupe LVMH

Stéphanie Rott

Stéphanie Rott

Directrice Supply Chain et de production de LVMH

Julie  Bercovy

Julie Bercovy

Directrice de LVMH Luxury Ventures

Isabelle  Faggianelli

Isabelle Faggianelli

Directrice de la transformation digitale du groupe LVMH

Stéphane  Cuvelette

Stéphane Cuvelette

Directeur de l'information numérique et omni canal de LVMH

Pierre-Yves  Roussel

Pierre-Yves Roussel

Conseiller spécial du président-directeur général de LVMH, à compter de janvier 2018

Sarah  Armitage

Sarah Armitage

Directrice internationale des media du groupe LVMH

Philippe Schaus

Philippe Schaus

Président-directeur général de Moët Hennessy, groupe LVMH

Jean-Charles Tréhan

Jean-Charles Tréhan

Directeur des relations extérieures chez LVMH

Stefan Dembinski

Stefan Dembinski

Directeur du retail development commercial des parfums et marques cosmétiques de LVMH

Stéphanie Dumaspilhou Medioni

Stéphanie Dumaspilhou Medioni

Directrice stratégie et développement des parfums et cosmétiques du groupe LVMH

Cyrille Boutin

Cyrille Boutin

Directeur des ressources humaines de Veuve Clicquot Ponsardin & Krug chez LVMH

Hélène Freyss

Directrice directrice de la communication du groupe LVMH

Leo Krizman

Leo Krizman

Directeur des technologies de l’information de LVMH

Jean-Baptiste Voisin

Jean-Baptiste Voisin

Directeur de la stratégie de LVMH

Chantal Gaemperle

Chantal Gaemperle

Directrice des ressources humaines de LVMH

Bernard Arnault

Bernard Arnault

Propriétaire et président-directeur général du groupe LVMH

Daniel Ponsy

Directeur juridique adjoint de LVMH parfums et cosmétiques

Jean-Marc Mansvelt

Président-directeur général de Chaumet, du groupe LVMH

Thomas Romieu

Directeur digital du groupe LVMH

Christophe Navarre

Président-directeu général de Moët Hennessy

Delphine Arnault

Directrice générale adjointe de LVMH

Francesco Trapani

Président de la division Montres et Joaillerie de LVMH

Antonio Belloni

Antonio Belloni

Directeur général adjoint de LVMH

Christopher De Lapuente

Christopher De Lapuente

Président-directeur général des parfums et produits cosmétiques de LVMH

Jean-Jacques Guiony

Jean-Jacques Guiony

Directer financier du groupe LVMH et Président-directeur général de La Samaritaine

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres