La solide réussite des cuisines Fournier

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Cuisines, salles de bains, placards : le groupe savoyard Fournier, connu pour son enseigne Mobalpa, a bâti sa croissance sur ce triptyque gagnant. L’avenir se jouera sur l’amortissement d’un outil industriel tout neuf et sur la digestion du réseau Hygena.

Les magasins Mobalpa ont un positionnement milieu de gamme.
Les magasins Mobalpa ont un positionnement milieu de gamme.© DR

Il porte le même nom que Marcel Fournier, le cocréateur de Carrefour, vient de la même ville, Annecy, mais n’appartient pas à la même famille. Bernard Fournier, petit-fils d’Eugène, dirige le groupe Fournier, l’un des deux plus importants fabricants de cuisines en France. À Annecy, Fournier reste l’une des plus grosses entreprises et affiche des chiffres à en faire pâlir plus d’un. En trois ans, son chiffre d’affaires a augmenté de 31%, passant de 227 millions d’euros en 2014 à 297 en 2017. Rapportées à l’année 2016, ses ventes ont progressé de 13,2%. Un bond à relativiser, certes, Fournier venant de racheter le réseau Hygena (130 millions d’euros de chiffre d’affaires pour 125 magasins), en mauvaise santé – de 20 à 30 millions d’euros de pertes par an depuis plusieurs années.

Évidemment, le groupe – plus connu pour ses trois marques, Mobalpa, SoCoo’c et Perene –bénéficie de la grande forme du secteur des cuisines en France. Ses concurrents ne déméritent pas : Schmidt, loin devant avec 465 millions d’euros de chiffre d’affaires, engrange 8% de hausse cette année et FBD (Ixina), 14%. Après trois ans de récession, les ventes de cuisines sont reparties à la hausse (+ 5,8% selon l’Ipea, l’Institut de prospective et d’études de l’ameublement). Et les mises en chantier de logements, sur la pente ascendante également, vont donner un coup de pouce supplémentaire. « 95% de nos clients sont propriétaires, signale Bernard Fournier. Les Français gardent en moyenne leur cuisine vingt-trois ans. Imaginez s’ils en changeaient tous les quatorze ans comme les Allemands ! »

Doublement du marché

Fournier deviendrait alors un groupe milliardaire… Les experts imaginent même un doublement du marché des cuisines. « Ce dernier pèse un quart des ventes de meubles aujourd’hui, avec 740 000 cuisines écoulées chaque année, estime Christophe Gazel, directeur général de l’Ipea. Si on arrive à convaincre les Français de changer plus souvent leur cuisine, il peut doubler en volume. » En attendant, le groupe savoyard grappille des parts de marché tous les ans. La sienne va progresser d’un point entre 2016 et 2017, à 11,6%, et chacune de ses trois enseignes a dans ses cartons un plan d’expansion pour l’année à venir. En 2017, Mobalpa compte ouvrir dix-huit magasins, Perene six de plus et ­SoCoo’c, née en 2007, une petite dizaine. Pour s’implanter sur le créneau des cuisines d’entrée de gamme (autour de 6 000 euros), Bernard Fournier a créé cette dernière enseigne ex nihilo. Assis sur un trésor de guerre dans les années 90, son groupe s’était fait tailler des croupières par son éternel concurrent alsacien Schmidt et son enseigne Cuisinella. À la fin des années 2000, SoCoo’c arrive un peu tard. La reprise d’Hygena lui permet de changer de taille et de passer un cap.

Encore faut-il avoir l’appareil industriel adéquat. Fournier a toujours opté pour un modèle d’intégration verticale. « Pour se bagarrer sur un marché de cuisines accessibles, il faut investir dans les outils industriels », explique Christophe Gazel. À l’image des autres cuisinistes, qui disposent aussi de leur propre outil de production, Fournier n’a pas lésiné et investi 100 millions d’euros, ces trois dernières années, dans ses usines à Thônes, à une dizaine de kilomètres d’Annecy. « Nous allons vers une fabrication à l’unité, précise Bernard Fournier. Les nouvelles lignes d’usinage fonctionnent selon les besoins. »

Intégration en temps record

Près de 320 points de vente, toutes enseignes confondues, sont reliés à Thônes. Et l’arrivée d’Hygena dans le groupe tombe à point nommé pour amortir les investissements. « En 2017, nous attendons 135 000 meubles supplémentaires, provenant du rachat d’Hygena, sur les usines de Thônes », calcule Laurent Marguerettaz, patron de ­SoCoo’c, qui table sur une progression de 30% de son chiffre d’affaires dans l’année. En aval, l’intégration d’Hygena s’est faite en un temps record, en dix-huit mois. Une trentaine de magasins ont fermé, un plan social a concerné 270 personnes, et 96 magasins ont été transformés en SoCoo’c. Pour que la greffe prenne, les effectifs ont été formés dans le berceau alpin. La réussite va se jouer aussi sur le changement de culture que cela représente pour Hygena, dont les vendeurs étaient habitués à pratiquer des promotions de manière quasi-permanente. La clarté sur les prix fait partie des credo de SoCoo’c. Une ambi­tion qui s’accompagne d’un développement en franchise, sur le modèle du grand frère Mobalpa.

Ses atouts 

  • Un modèle intégré (Fournier fabrique et vend cuisines, salles de bains et dressings), ce qui lui permet de maîtriser la chaîne de A à Z.
  • Une panoplie de produits (cuisines, salles de bains et rangements), qui équilibre l’activité en cas de décélération de l’un de ces marchés. 
  • Le développement en parallèle de trois formes de commerce, franchise, concession et succursalisme, ce qui favorise une répartition des investissements.

Ses faiblesses

  • Un groupe franco-français avec seulement une cinquantaine de magasins hors de France sur un total de 461.
  • Un endettement dû au montant très lourd des investissements dans trois de ses six usines et au rachat d’Hygena (200 M€ au total).
  • Une entreprise familiale à 100%, sans relève assurée.

Un modèle intégré et une usine automatisée

Autour de Thônes (74), Fournier fait partie des fleurons de la région. Le fabricant compte six usines, dont trois principales, chacune spécialisée sur une ligne de production (cuisines, salles de bains et rangements). Depuis trois ans, la grosse PME dirigée par Bernard Fournier a investi pas moins de 100 millions d’euros. « Nous avons changé toutes les lignes d’usinage pour fabriquer en flux tendus », explique ce dernier. Effet immédiat : limiter au maximum les stocks. Chaque jour, 3 500 meubles de cuisine sortent de cette usine entièrement automatisée.

En chiffres

  • 13,2% : la hausse du chiffre d’affaires en 2016 (+ 4% hors Hygena)
  • 265 M€ : le chiffre d’affaires du groupe Fournier
  • 55 000 cuisines et 68 000 salles de bains vendues par an
  • 78,9% : la part de la cuisine dans le CA (10,5% de part de marché en valeur, en 2016)
  • 17,8% : la part de la salle de bains dans le CA
  • 3,3% : la part du rangement sur mesure dans le CA
  • 1 639 salariés

Trois enseignes au positionnement différent

  • Mobalpa, la plus connue 247 magasins en France, dont 14 succursales 12% de son CA à l’international
  • SoCoo’c, la petite derniÈre 130 M€ de CA 129 magasins Un positionnement d’entrée de gamme avec un panier moyen de 6 200 €
  • Perene, la plus chic 96 magasins pour 80 M€ de CA 6 ouvertures prévues en 2017

Source : Fournier

Un modèle intégré et une usine automatisée

Autour de Thônes (74), Fournier fait partie des fleurons de la région. Le fabricant compte six usines, dont trois principales, chacune spécialisée sur une ligne de production (cuisines, salles de bains et rangements). Depuis trois ans, la grosse PME dirigée par Bernard Fournier a investi pas moins de 100 millions d’euros. « Nous avons changé toutes les lignes d’usinage pour fabriquer en flux tendus », explique ce dernier. Effet immédiat : limiter au maximum les stocks. Chaque jour, 3 500 meubles de cuisine sortent de cette usine entièrement automatisée.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2441

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque semaine toute l'actualité des marchés, des distributeurs et des fabricants Bricolage, Jardinage et Ameublement.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA