La solution de marketplace Izberg reprise par le groupe Open

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le groupe IT et digital de Guy Mamou-Mani et Frédéric Sebag annonce avoir acquis 100% du capital d'Izberg, start-up française éditrice d'une solution de marketplace en SaaS.

Les trois cofondateurs d'Izberg de gauche à droite : Benoît Feron, Florian Poullin et Luc Falempin.
Les trois cofondateurs d'Izberg de gauche à droite : Benoît Feron, Florian Poullin et Luc Falempin.© Izberg

Open, groupe spécialisé dans la transformation digitale des entreprises, annonce l'acquisition à 100% d'Izberg, éditeur de plateformes de marketplaces dont il est l'un des intégrateurs. Lancé en 2012 par Benoît Feron, Florian Poullin et Luc Falempin, Izberg propose une solution logicielle en mode SaaS pour les entreprises qui désirent ouvrir une place de marché de produits ou de services, BtoC ou BtoB. La société compte une quarantaine de clients, dont Vente-Privée, et emploie environ 35 salariés à Paris.

La start-up avait levé au moins 3 millions d'euros auprès d'Alven Capital, mais sans réussir à trouver de traction sur le marché. Selon nos informations, son chiffre d'affaires reste inférieur à 2 millions d'euros, dont environ un tiers provenant de prestations de services de type SSII, et non de la licence de sa solution, pour un résultat d'exploitation négatif et une situation financière qui commençait à se compliquer. Elle a donc d'abord essayé de relever des fonds avant de commencer, l'été dernier, à chercher un acquéreur. On peut d'ailleurs imaginer qu'Open, qui intègre la solution d'Izberg chez trois clients communs dont Alstom (mais pour davantage de marketplaces), le reprend donc aussi pour qu'ils puissent mener à bien leurs projets.

Avec 3.775 collaborateurs et un chiffre d'affaires 2017 de 314 millions d'euros, Open intervient principalement en France, aux Pays Bas, au Luxembourg et en Roumanie. Après les rachats de Lateos (intégrateur de solutions e-commerce et marketplace), Kynapse (conseil en data science et IA), MCO Finance (éditeur de la suite logiciel de crowdfunding Xloan) et La Netscouade (agence de communication), tous bouclés depuis 2016, le groupe poursuit donc sa croissance externe en complétant son offre sur le segment des marketplaces : il met en effet la main sur un équipe, un savoir-faire et une technologie stratégiques pour lui.

L'acquéreur y voit donc une très bonne affaire : "Les valorisations de ce type de start-up les placent d'habitude hors d'atteinte, explique à LSA Guy Mamou-Mani, co-président d'Open. Nous sommes donc ravis d'avoir eu cette opportunité de racheter Izberg, car il s'inscrit parfaitement dans notre stratégie, axée sur la transformation digitale des entreprises et l'évolution de notre modèle de revenus vers une facturation à l'usage. C'est en effet un modèle très vertueux : plus les clients sont satisfaits, plus la solution est performante, plus ils font de business, plus on peut facturer. Et lorsque vous faites 2 millions d'euros une année, vous en faites 4 facilement l'année suivante car les 2 premiers se renouvellent d'eux-mêmes." Quel avenir prévoit-il désormais pour Izberg ? "Benoît Feron et Florian Poullin intègrent la direction d'Open et Izberg va conserver son autonomie : sa solution pourra être intégrée par d'autres intégrateurs, et notre intégrateur maison, Lateos, pourra travailler avec d'autres éditeurs. Mais Izberg pourra bien mieux se concentrer sur la R&D et se décharger complètement de l'intégration qu'il assurait parfois encore."

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA