La Source fait rejaillir l'eau de terroir Celtic

|

LAURéAT Le positionnement discount de son eau millénaire avait mené l'entreprise alsacienne au bord du tarissement. Restaurée dans sa fierté par son repreneur, elle part aujourd'hui à la conquête de Paris et de la Bretagne.

>Contrairement à ce que laisse entendre son nom, l'eau Celtic est alsacienne. Les Celtes, qui l'ont découverte il y a 2 000 ans - parmi les treize sources arrosant la commune de Niederbronn-les-Bains (Bas-Rhin) et ses environs - lui prêtaient des vertus fécondantes. Vingt siècles plus tard, la société a produit 19 millions de bouteilles d'eaux gazeuses et plates Celtic en 2003. Et cette année, 22 millions de cols devraient sortir des chaînes d'embouteillage. Avec de la réserve puisque « nous pouvons produire 70 millions de cols par an. Puisée à 40 mètres de profondeur et filtrée par le grès, cette eau des Vosges du Nord est de qualité supérieure », argumente édouard Meckert, PDG de la Sas La Source, amoureux de son eau. Et pour cause : il a repris en 1999 et redressé l'ancienne entreprise SA Société d'Exploitation des Eaux de Niederbronn, acculée au redressement judiciaire par le positionnement impropre de Celtic dans... les eaux premier prix et sa distribution en hard-discount !

Une gamme cosmétique

La percée de Celtic en restauration collective a contribué à restaurer sa notoriété. Puis elle a trouvé sa place dans les supers et les hypers d'Alsace et de Lorraine. 80 % de la production sont destinés à l'export vers l'Allemagne, les pays nordiques et l'armée américaine, avec qui la société a un partenariat depuis une dizaine d'années. Et la marque s'apprête à conquérir de nouveaux marchés en France : Celtic pourrait investir les rayons parisiens dès cet été en association avec un distributeur indépendant. Mais l'opération qui lancera Celtic à Paris sera son partenariat avec la Nuit celtique 2005. Son nom devrait faciliter l'implantation, dès l'an prochain, de Celtic en... Bretagne où elle sera présente lors des fêtes estivales. Dans cette optique, les bouteilles en verre et PET ont adopté un nouveau design en 2003 : silhouette fine et décor épuré. Et bénéficieront d'une campagne publicitaire cette année.

Édouard Meckert a investi 600 000 E pour la fabrication de bouteilles en PET et l'automatisation de l'embouteillage. Pour assurer son développement, la SAS La Source (28 salariés) achève la construction d'un hall de stockage d'une capacité de 6 000 palettes. Et la saga Celtic n'est pas terminée. Elle sera bientôt déclinée en version aromatisée « dont les parfumeurs valoriseront la région », confie le PDG. Puis à partir de 2005, arrivera une gamme de produits bio à base d'eau minérale. La Source doit enfin investir la cosmétique avec la production de brumisateurs pour le compte de la société lorraine élysées Cosmétiques ; et à marque de distributeur sous l'appellation « eau minérale des Vosges du Nord »

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1853

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous