Boissons

Comment se porte le marché des boissons ? Quelles sont les nouveautés ? Eaux, sodas, jus, bières, liqueurs, alcools, vins et spiritueux... Retrouvez les dernières tendances du rayon Boissons.

La taxe bière est débattue au Sénat

|

Alors que la taxe bière fait son retour au Sénat où elle est débattue dans le cadre du PLFSS 2013 (Projet de loi de financement de la Sécurité sociale), Les Brasseurs de France souhaitent à nouveau mettre l’accent les conséquences désastreuses des hausses de droits d’accise sur le secteur brassicole.

Une dernière gorgée de bière

 « 98% des brasseries françaises vont voir leurs taxes augmenter de 160% », annonce les Brasseurs de France, si le texte reste en l’état suite au vote à l’Assemblée nationale, le 25 octobre dernier.

Voici trois exemples de brasseries de taille différentes qui pourront se trouver en difficulté si cette mesure est adoptée :

- La brasserie du Marais Poitevin, produit 350hl par an et s’acquitte de 2 500€ de droits d’accises. En 2013, le montant sera de 6 300€, une différence énorme pour un CA de 80 000€ de surcroit au moment où l’entreprise vient de déménager et a investi dans une nouvelle installation.

- La Brasserie Castelain, entreprise familiale implantée dans le Pas de Calais, avec une production de 46 000hl, paye 440 000€ de droits d’accises. En 2013, elle devra payer près d’1 million d’€, montant qui l’oblige à renoncer à 2,5 Millions d’€ d’investissements prévu pour développer son activité.

- La brasserie Météor, figure de la brasserie indépendante alsacienne, brasse 450 000 hl.  De 4,5 M€, contribution actuelle, les accises passeront à 12M€ pour un CA de 40M€, contraignant l’entreprise à revoir tout son modèle économique.

1 commentaire

Laurent Tribouillet C10

08/11/2012 21h10 - Laurent Tribouillet C10

La bière est un produit populaire, entre 2 et 3 fois moins alcoolisé que le vin et présent principalement dans les zones densément peuplées et en dégradation industrielle : le nord et l'est. Le marché français dégringole de 5% par an depuis des années en bar brasserie. On essaye de boire moins mais mieux. Pourquoi encore appuyer sur la tete de la restauration qui va subir en plus de la crise du pouvoir d'achat qui la frappe particulierement, une hausse de la TVA et une en plus des taxes mutlipliées par 2.6 qui vont à nouveau subir la hausse de la TVA, le tout sur un produit qui lui est spécifique ? Nous attendons de nos gouvernants plus de discernement et de justice devant l'impôt. Il n'est pas besoin d'être énarque pour inventer des taxes, en revanche il serait bon de se poser avant de voter pour un tel projet qui semble mis en place dans la précipitation et à l'insu du bon sens. Eddy Mitchell parlait d'un impôt sur m'amour, on risque bientôt d'y passer !

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Eaux, sodas, jus, bières, vins, liqueurs et spiritueux : chaque semaine recevez les dernières infos et nouveautés du rayon Boissons.

Ne plus voir ce message