Marchés

La taxe d’abattage est supprimée et remplacée par une cotisation

|

Les industriels de l’abattage viennent d’obtenir la suppression de la taxe d’abattage – de l’ordre de 100 millions d’euros – qui sert à financer les équarisseurs pou éliminer les farines animales… A l'origine, cette taxe avait remplacé la taxe d'équarissage dont les enseignes étaient les redevables, mais que l'Etat avait dû leur rembourser après une plainte à Bruxelles.

Jean-Paul Bigard

Les industriels de la viande ont enfin obtenu la suppression de la taxe d’abattage, prévue au départ pour l’élimination des farines animales suite à l’affaire de la vache folle, dans les années 2000. Cette taxe dont la recette est estimée à 100 millions d’euros, sera remplacée par une cotisation volontaire obligatoire, qui servira à financer l’équarissage. C’est l’industriel Jean-Paul Bigard, en tant que président de l’organisme collecteur (ATM) qui gèrera les fonds récoltés. La mesure devrait générer des économies substantielles, notamment les frais de collecte de la taxe par l’Etat…

Fin de la "taxe folle"

La taxe d’abattage avait en fait remplacé la taxe d’équarissage, dont les distributeurs au départ avaient été désignés comme redevables. La FCD avait alors porté plainte à Bruxelles, les enseignes se voyant rembourser la totalité des sommes versées, soit la bagatelle de 2,2 milliards d’euros, en 2004. L’Etat a alors transféré la charge de l’équarissage aux abattoirs, mais pour un montant plus limité (entre 100 et 200 millions d'euros). Et les grandes surfaces n’ont pas pour autant été épargnées: l’Etat a opéré une brutale augmentation de la Tascom, au bénéfice du budget, sans lien avec l’équarissage.  L’émoi dans la distribution avait été considérable, les enseignes parlant alors de "taxe folle"…

Les drive bientôt concernés

Aujourd’hui, la Tascom a été étendue à la totalité des commerces en réseau. Normalement, les drives devraient être soumis à cette taxe à laquelle ils échappent, selon la rumeur. Mais nul ne se souvient qu’à la genèse de celle-ci, il y a l’affaire de la vache folle, de l’abattage de milliers d’animaux et de farines animales qu’il faut éliminer. Les vaches folles et les farines ont disparu, mais pas les taxes folles…sauf pour les abattoirs, pour une fois !

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message