Boissons

Comment se porte le marché des boissons ? Quelles sont les nouveautés ? Eaux, sodas, jus, bières, liqueurs, alcools, vins et spiritueux... Retrouvez les dernières tendances du rayon Boissons.

La taxe fait nettement reculer la consommation de bière

La consommation de bière en France a reculé depuis la hausse des taxes en janvier, avec une baisse marquée des demis aux comptoirs qui affecte les grands brasseurs ainsi que les cafés et restaurants, ont indiqué les Brasseurs de France, réunis pour leur Assemblée générale annuelle, le vendredi 13 décembre.

Le marché de la bière est en recul de 3% à fin septembre 2013
Le marché de la bière est en recul de 3% à fin septembre 2013

« Le marché est en recul de 3% à fin septembre et la consommation a même chuté de près de 8% dans les cafés, hôtels, restaurants (CHR), s'inquiète l'organisation professionnelle. Car les prix ont augmenté de 14% depuis janvier et la production (en volumes) a baissé de 10% en moyenne ».

La hausse des droits d'accises sur la bière de 160% au 1er janvier 2013 a surtout touché les grandes marques de bière, plus présentes dans les cafés que les petits brasseurs, explique Philippe Vasseur, président des Brasseurs de France.

Impact lourd dans les bars

Pour les cafés et restaurants, ce recul des ventes est lourd. "La bière est, avec le café, un de leurs deux piliers : c'est là-dessus qu'ils font leur marge, poursuit cet ancien ministre de l'Agriculture. La hausse des droits d'accises sur la bière a entraîné une augmentation de 30 centimes pour le demi, ce qui est beaucoup". Pour y remédier, les Brasseurs envisagent de poursuivre l'initiative "Culture bière", soit communiquer sur les accords mets et bières. "Rien de meilleur qu'uen bière avec un bon Maroilles!, plaide Philippe Vasseur. La bière est un produit d'agrément, de plaisir. Le bon sonsommateur n'a rien à voir avec les supporters d'un grande club de football financé par des capitaux lointains qui boivent des bières étrangères....".

Report des ventes en GMS

Cependant, les grandes surfaces, notamment les hypermarchés et supermarchés, sont moins touchées. Le marché était plutôt stable depuis 2008 même s'il connaît une baisse tendancielle depuis une trentaine d'années. Et la France ne se situe qu'au 26e rang des consommateurs de bière dans l'Europe avec une moyenne de 30 litres par habitant et par an, dans un pays qui boit surtout du vin.

Dans ce contexte, les brasseries misent beaucoup sur les bières de spécialité, de dégustation, de plus en plus sollicitées. Mais pour "monter en qualité, il faudra restaurer l'image de la bière", selon Philippe Vasseur.

L'augmentation des droits d'accises doit permettre de renflouer un peu les caisses de la Sécurité sociale en rapportant 810 millions d'euros par an à l'État, contre 330 millions précédemment.

Un futur incertain

Les Brasseurs de France resteront vigilants sur l'évolution de la fiscalité : "Nous avons fait le tour des ministères. Nous sommes même allés jusqu'à l'Elysée, explique Philippe Vasseur. Nous pensons que, pas souci d'équité, on pourrait nous oublier un bon bout de temps. Nos entreprises ont besoin de stabilité fiscale et réglementaire. Hélas, parfois, en matière de fiscalité, l'imagination des fonctionnaires peut devenir débordante".

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Eaux, sodas, jus, bières, vins, liqueurs et spiritueux : chaque semaine recevez les dernières infos et nouveautés du rayon Boissons.

Ne plus voir ce message