Désinfection de l'air : quand la lumière UV-C vient renforcer les gestes barrière

PUBLI-RÉDACTIONNEL Alors que la contamination de la Covid-19 par aérosol semble faire l’objet d’un consensus scientifique au point de justifier l’apparition d’un nouveau geste  barrière, les systèmes de ventilation en place ne sont pas dimensionnés pour éliminer les particules contaminées. La technologie UV-C est une solution de désinfection de l'air facile à mettre en oeuvre et à l’efficacité prouvée.

SIGNIFY
Le 5 octobre dernier, le CDC américain reconnaissait la transmission par aérosols comme l’un des trois modes d’infection au virus SARS-CoV-2. Quelques jours plus tard, Jérôme Salomon, Directeur général de la Santé, suivait « il y a des nouveaux gestes, nouveaux réflexes à acquérir tous ensemble » recommandant de « tout simplement aérer les locaux et réduire la quantité éventuelle de virus, plusieurs fois par jour ». Cette nouvelle consigne rejoint donc la liste officielle des gestes barrières. Comment protéger les espaces clos de ces pathogènes, comment désinfecter l’air efficacement ? Les explications avec la technologie UV-C proposée par Signify, le nouveau nom de Philips Lighting.
 
Contamination par aérosols
 
Il a longtemps été considéré que la Covid-19 s’attrapait par voie aérienne directe entre individus et par contact indirect via une 
surface souillée. La suspicion de contamination par aérosol du SARS-CoV-2, virus qui cause la Covid-19, a été longtemps sous-estimée. Pourtant, dès juillet dernier, l’OMS reconnaissait une possible transmission par voies aériennes, notamment dans des « endroits surpeuplés, fermés, mal ventilés ». L’institution des Nations-Unies confirme alors la position de 239 chercheurs de 32 pays qui appelaient à reconnaître « le potentiel important d’exposition au virus dans les gouttelettes respiratoires microscopiques à courte et moyenne distance ». L’affaire médiatisée du touriste qui avait contaminé les deux tiers des passagers d’un bus en Chine par la ventilation est venue conforter cette thèse.Gouttelettes respiratoires ? D’un diamètre de 5-10 microns, en s’évaporant, elles créent d’autres aérosols microscopiques(- de 5 microns) qui restent en suspension en milieu clos. En laboratoire, des traces de SRAS Cov 2 dans l’air ont même été détectées entre 3 et 16 heures après exposition en aérosol. Depuis peu même, l’aération fait partie des gestes barrière en Allemagne, « un des moins cher et des plus efficaces » même selon Angela Merkel. Porter le masque, se laver les mains, très bien.
Mais est-ce suffisant ? « Dans cette nouvelle normalité, la contamination par les flux d’air doit être évaluée et traitée », explique François Darsy, responsable Innovations chez Signify France et pilote sur les luminaires Philips UV-C. « Bureaux, salles de sport, commerces, salles d’attente, banques, hôtels, lieux d’enseignement, tout espace accueillant et mixant du public peut devenir un incubateur, dans lesquels certains virus peuvent survivre jusqu’à 72 heures ». Une solution apparaît plus efficace que d’autres, l’utilisation d’UV-C.
 
La technologie lumière UV-C
 
On sait depuis longtemps déjà que la lumière UV-C est un puissant moyen de désinfecter, utilisée depuis des décennies dans les 
hôpitaux, notamment et dans la lutte contre la tuberculose. L’ultra-violet, c’est la lumière au-delà de la lumière bleue. Invisible pour l’oeil humain, ce rayonnement électromagnétique offre une gamme de longueur d’ondes plus courte que la lumière visible (entre 200 et 280 nm) et capable de casser l’ADN, le code génétique, de n’importe quel micro-organisme connu et de le désactiver. En particulier, celui des virus et autres pathogènes. A chaque pathogène correspond une dose et un temps nécessaire pour l’éliminer, il n’existe aucun pathogène connu résistant aux UV-C. Avec plus de 35 ans d’expérience dans le développement et la fabrication de produits UV-C, Signify a acquis une expertise reconnue, appuyée par de nombreuses études scientifiques. En effet, le 16 juin 2020, le National Emerging Infectious Diseases Laboratories de l’université de Boston et Signify ont confirmé les résultats de recherches qui valident l’efficacité des sources de lumière UV-C de Signify sur l’inactivation du SARS-CoV-2. On parvient en effet aujourd’hui à l’inactiver sur
une surface avec 99,9999 %. Reste à comprendre comment cela marche !
 
Renouveler l’air… ou le purifier ?
 
Pour lutter contre les pathogènes dans l’air, une solution éprouvée consiste à augmenter son taux de renouvellement par heure. Dans des installations classiques, il faudrait typiquement atteindre +500% de flux d’air neuf pour retirer efficacement les particules contaminées en suspension. Sur ce sujet, le consensus scientifique existe depuis longtemps. L’efficacité en est prouvée, mais les nuisances de l’aération sont rédhibitoires, notamment énergétiques sans compter que les équipements techniques ne sont pas du tout adaptés. Il faut donc trouver une solution alternative. Selon une simulation de la Technische Universität Berlin, sur les particules émises par un élève contaminé dans une salle de classe, on constate comment les particules en suspension se disséminent à travers la partie supérieure de la pièce parce que portées par la convection naturelle dans la pièce. C’est donc à cet endroit particulier qu’il faut agir. Et c’est là qu’interviennent les UV-C. « On utilise une lumière UV-C dans la partie supérieure de la pièce, explique François Darsy. Elle va
émettre un faisceau très puissant et très étroit en UV-C, projeté horizontalement dans la partie supérieure de la pièce
 
Sur quelques centimètres d’épaisseur, cette partie située sous le plafond sera désinfectée en permanence, en toute sécurité pour les personnes qui occupe l'espace. Un équipement mural ou en plafonnier (avec quatre lampes pour un éclairage à 360°) vient donc s’attaquer aux virus et pathogènes, à raison d’une unité tous les 20 m². Installé typiquement à 2,5m de hauteur, l’installation silencieuse désinfecte en continu, et son efficacité correspond à un taux de renouvellement d’air jusqu’à 24 fois par heure. Cette désinfection de l’air se fait en permanence alors que les locaux sont occupés, en totale sécurité pour les personnes (en conformité avec la norme CEI 62471 sur la sécurité photobiologique), sans aucune modification du CVC (Chauffage, Ventilation, Climatisation) existant, et dans le respect de l’environnement. Qui dit mieux ? Pour aller plus loin, Signify, avec ses partenaires, voit la désinfection par UV-C comme un service (à l’image de son Light as a service), allant de l’étude et conception, à l’installation, la mise en oeuvre, la maintenance et surtout incluant une vérification régulière de l’efficacité et de la sécurité. Il ne faut pas s’y tromper, la pandémie de SARS-CoV-2 aujourd’hui nous contraint à fourbir nos armes.
Toutes les armes !
 

J'accepte les Conditions d'utilisation.
Toutes les informations personnelles seront traitées conformément à cette Politique de confidentialité.

 

Contenu proposé par Signify
 
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message