LA TENDANCE

|

Cela devait arriver. Le plus puissant cybermarchand de France, Cdiscount, a ouvert, en toute discrétion, là où les commerces classiques se font rares, en banlieue bordelaise, au Bouscat, le 1er juillet dernier. Quelques semaines avant, Grosbill (Auchan) et Pixmania avaient franchi le pas. Au final, chaque pure-player donne une vision différente des magasins physiques : peu ou pas de produits, mais des bornes internet. « Indispensable, lorsqu'on sait que la moitié de la population française n'a pas le web chez elle, souligne Olga Villano, directrice stratégie marketing et développement chez Redcats Group. Les pure-players répondent aussi à ce problème en ouvrant des magasins. Ils luttent contre la fracture numérique ! » Le prolongement magasins de ces sites de vente à distance s'inscrit dans une logique de complémentarité des canaux, web, magasins, voire catalogues. « Les pure-players se sont rendu compte que le Web ne suffisait pas », confirme Serge Amiard, président du directoire de Darty. De fait, un client multicanal consomme 30 à 50 % de plus qu'un monocanal. Le modèle de départ des sites, fondé sur une forte rotation des produits et l'absence de frais fixes peut-il s'appliquer aux magasins en dur ? « Faire des magasins, c'est un métier, répond Fabrice Berger-Duquene, directeur du développement Web de Redcats. Il faut être dans une démarche de service qui n'est pas celle de la VAD. »

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1979

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous