La thérapie anticrise de Mercadona

|

La chaîne de supermarchés soft-discount espagnole a vu ses ventes croître de 6 % en 2010, à 16,485 Mrds €. Son bénéfice a grimpé de 47 %, à 398 M €, et dépasse pour la première fois celui d'El Corte Inglés. Sa rentabilité s'est située à 2,6 %. Son président et principal actionnaire, Juan Roig, se montre cependant pessimiste quant à la situation économique : « Le pire est à encore venir. 2011 a au moins cela de bon : ce sera une meilleure année que 2012. » Mercadona (1 310 points de vente) poursuit la thérapie de choc engagée en 2009 consistant à ajuster son assortiment, à réduire ses coûts (sacs payants dès juin, économie de 35 M € par an) et à accroître la rentabilité par employé (+ 5 % en 2010, avec 63 500 personnes, toujours en croissance). Sa part de marché est passée de 12,8 à 13,1 %. Le rythme des ouvertures de magasin a ralenti, et le projet d'internationalisation a été reporté à après 2012, dans un pays voisin de l'Espagne, a réaffirmé Juan Roig. Selon lui, l'un des principaux problèmes de l'économie espagnole est le manque de productivité, avec un taux d'absentéisme moyen de 5 % (0,85 % chez Mercadona) qui coûte au pays 18 Mrds €/an, soit 1,5 % du PIB.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2174

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous