La transformation digitale d’InVivo, c’est déjà parti et c’est loin d’être fini

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

InVivo accélère sa transformation digitale. Accompagnement des start-ups, ouverture de centres d’innovation numérique, projet de marketplace avec Frais d’Ici… Les projets du premier groupe français de coopération agricole, sont déjà bien avancés. Voici les 4 étapes du changement annoncées en exclusivité à l'occasion du premier FoodTech Forum LSA le 5 juillet 2016.

Serre de la Tour Carpe Diem à La Défense, qui accueille le nouveau siège du groupe InVivo
Serre de la Tour Carpe Diem à La Défense, qui accueille le nouveau siège du groupe InVivo© Tour Carpe Diem

"Nous sommes vraiment dans un projet de transformation digitale du groupe InVivo", déclare Thierry Blandinières, directeur général de l'Union InVivo depuis juillet 2013. Cette stratégie numérique de l’entreprise s’oriente autour de quatre grandes étapes.

Première étape du changement : un nouveau siège social
Le groupe quitte les locaux historiques de la Grande Armée pour s’installer au sein de la tour "Carpe Diem"  à la Défense (92). Un moyen pour InVivo de marquer physiquement son évolution et d’accompagner le changement de culture de l’entreprise. Dotés d’une serre du hall principal et d’un jardin du 35ème étage, les locaux correspondent au positionnement du groupe mais proposeront également des espaces de travail innovants, pour insuffler de nouvelles méthodes de travail

Deuxième étape : la création de deux pôles d’innovation
Le premier volet de cette étape porte sur l’ouverture d’un centre d’innovation dédié à la nutrition santé animale à Saint-Nolf, près de Vannes, dans le Morbihan, qui sera inauguré ce vendredi 7 juillet. Le budget alloué s’élève entre 6 et 10 millions d’euros.
Le second volet prévoit le lancement du Studio du digital à Montpellier, une évolution de Smag (Smart Agriculture), racheté en 2014. Par cette prise de contrôle du spécialiste français des systèmes d’information à destination du monde agricole, InVivo dispose aujourd’hui de 45 % de la base de données des fermes françaises. "Notre idée est désormais de créer un programme de fermes éco-phyto, explique Thierry Blandinières. Depuis 5 ans, nous gérons près de 1000 fermes. Nous souhaitons transformer ces fermes pilotes en fermes du numérique." Objectif : accompagner la transformation agricole.

Troisième étape : la création du fonds InVivo Invest
Pour répondre à l’évolution du marché, InVivo mise aussi sur les start-up. Le groupe lance ainsi un fonds d’investissement et d’amorçage en septembre 2016. "Il s’agit d’un comité de pilotage autour du projet de l’agriculture de précision mais aussi de la distribution", explique Thierry Blandinières. Doté d’un budget de l’ordre de 5 millions d’euros pour commencer, ce  fonds baptisé InVivo Invest a pour mission "d’ouvrir la route du marché aux jeunes pousses", poursuit-il. La puissance de notre réseau intéresse les start-up car on leur ouvre les portes du monde de l’agriculture. Nous pouvons les mettre en réseau pour travailler avec les agriculteurs".
D’un point de vue opérationnel, InVivo prévoit des investissements de l’ordre de 20% dans les start-ups identifiées, en France et à l’international, et de les accompagner de septembre à janvier 2017. La vocation, à terme, est d’acquérir ces entreprises si elles répondent aux attentes du groupe.
"En termes de R&D, nous sommes convaincus que les équipes internes, qui travaillent sur l’incrémental, n’auront pas le temps de travailler sur ces projets de rupture. Nous avons besoin de l’agilité des start-up", exprime Thierry Blandinières. Et d’ajouter : "On préfère maîtriser le côté disruptif que de le subir".

Quatrième étape : la création d’une marketplace Frais d’Ici
En 2014, InVivo lançait le premier magasin Frais d’ici. Avec une ambition, ouvrir 200 points de vente d’ici à 2025. Pour accélérer l’implantation de l’enseigne, le groupe mise sur son réseau de points de vente Gamm Vert. "Nous possédons 1200 magasins Gamm Vert. Les mètres carrés se faisant de plus en plus rares, nous souhaitons déployer l’enseigne sur les emplacements de Gamm Vert. Nous réduisons la surface des points de vente pour installer des magasins Frais d’Ici", explique Thierry Blandinières. Le dernier en date a ainsi ouvert à Auch au printemps 2016.
"A partir de là, nous allons essayer de développer cette emprise territoriale. Nous avons développé le click & collect, il serait intelligent de créer une place de marché." Pour cela, InVivo compte s’appuyer sur l’expertise du site de jardinage en ligne Plantes-et-jardins.com, racheté en octobre 2012, en déclinant la plateforme. "L’enjeu est de trouver ensuite les bons partenariats. Car ce qui compte, c’est le dernier kilomètre", déclare Thierry Blandinières qui n’exclut pas la collaboration, là encore avec certaines start-up.
Si la date de mise en service n’est pas encore fixée, le groupe espère un lancement au printemps 2017. Un projet séduisant. "Les gens de chez Amazon sont venus nous voir, mais nous avons dit non…", conclut Thierry Blandinières.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA