Equipmag 2014

La vague verte s’empare des concepts

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Tout concept estampillé « développement durable » bénéficie d’un a priori positif. Certes. Reste que, puisque tout le monde s’y engouffre, seules les enseignes qui sauront exploiter cette tendance avec efficacité pourront y trouver un moyen de pérenniser leur activité. A Pontault-Combault, par exemple, les clients du magasin Botanic (jardinerie) sont accueillis, à l’entrée, par un logo juché sur une herse végétale. « Au rythme des saisons, explique Jean-Claude Prinz, expert retail, la couleur passe du vert au rouge, pour finalement laisser place, l’hiver, à la seule structure en bois du dispositif. » Anecdotique ? Peut-être, mais néanmoins très parlant dans l’inconscient des clients quant à l’image « verte » de l’enseigne.
A l’intérieur, le parti pris « écolo » est encore davantage exploité. Les panneaux signalétiques sont en cartons recyclables et, un peu partout, des PLV expliquent clairement le concept. On peut par exemple y lire ce genre d’informations : « Il n’y a pas de pot en plastique, voilà pourquoi… ». « L’objectif est de tenir un discours positif, analyse Jean-Claude Prinz. Il s’agit de transformer l’absence de ces pots en plastique, qui pourrait être un frein, car ce sont des références demandées par les clients, en une force pour l’enseigne. Expliquer noir sur blanc pourquoi Botanic n’en vend pas constitue un réel élément de différenciation. »

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA