La vente directe recrute malgré la crise

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

La rédaction vous conseille

Troisième voie de distribution après la vente en magasin et celle par correspondance, la vente directe - 1,656 milliard d'euros de chiffre d'affaires en 2008, en progression de 9 %, selon sa fédération de vente directe (FVD)- entend recruter en France en 2009 malgré la crise économique pour rattraper son retard sur ses voisins européens. « Cette croissance de l'activité devrait se matérialiser par une hausse des effectifs de 10 % dans la filière, qui compte 242 000 vendeurs en France », indique Jacques Cosnefroy, délégué général de la Fédération. Malgré cette progression, la France n'est que le troisième marché européen dans le domaine de la vente directe, derrière l'Allemagne et le Royaume-Uni, un retard que la FVD attribue à « un problème de législation ». En effet, en France, il faut attendre le délai de rétractation de sept jours pour livrer un client. La Fédération souhaite que la livraison puisse se faire immédiatement et que le client soit remboursé s'il le veut, comme c'est le cas ailleurs. Si cette demande aboutit, la vente directe pourra progresser, avec, à la clé, « des créations d'emploi et des prix plus bas », en raison d'une logistique moins importante, espère Jacques Cosnefoy.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA