La vente sur Internet de produits sportifs en plein boom

|

+19%, c'est la forte hausse des ventes des produits sportifs sur Internet en 2014, soit un milliard d'euros de plus par rapport à 2013, selon NPD. Soit l'équivalent du chiffre d'affaires de 100 magasins Décathlon en France.

La vente en ligne d'articles de sport devrait bénéficier aux distributeurs déjà bien implantés sur le web et avec un réseau de magasins.
La vente en ligne d'articles de sport devrait bénéficier aux distributeurs déjà bien implantés sur le web et avec un réseau de magasins.© © PackCity/ Decathlon

Longtemps resté frileux sur Internet, le secteur du sport connaît enfin son heure de gloire. D'après une étude réalisée par NPD sur plus de 350 000 achats d'articles de sport dans cinq pays européens, en France, en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Italie et en Espagne, les ventes des chaussures, matériel et textile de sport a bondi de 19% en 2014, ce qui équivaut à 1 milliard d'euros de chiffre d'affaires supplémentaire par rapport à 2013.En 2014, l'achat en ligne représente 18% du chiffre d'affaires total du marché du sport européen.

Beaucoup moins que le jouet

Cela reste beaucoup moins que d'autres secteurs de la grande consommation. A titre d'exemple, le secteur du jouet génère un quart de ses ventes sur le web. Comment expliquer cet écart? NPD avance des arguments : dans 61% des cas, l'achat est impulsé par le besoin d'un produit. Le modèle ou la marque n'entrent pas en jeu, alors que ces critères sont très importants pour l'achat d'articles sportifs. Le rôle du conseil en magasins est primordial pour aider à l'achat. Un tiers des achats sont spontanés. Des "coups de coeur savamment entretenus grâce à l'agencement des points de vente, la découverte sensorielle du produit et les cabines d'essayage", souligne NPD.

Pas forcément moins cher sur le Web

Autre facteur d'explication qui ne va pas dans le sens d'Internet : sur certains produits, la différence de prix ne joue pas en faveur du web. NPD prend l'exemple des chaussures de randonnée, vendue 10% en moyenne plus cher sur le Web qu'en magasin. "Si la vente en ligne devait continuer de progresser dans les 5 années à venir, sans toutefois dépasser 50% du marché global, ce serait au bénéfice de gros distributeurs déjà bien implantés sur le web et en réseau de magasins, comme cela est déjà le cas en Grande-Bretagne", souligne Renaud Vaschalde, expert sport pour NPD en Europe. Parmi les leviers de croissance, le retrait des ventes en boutique est un angle majeur de développement, ainsi que la vente d'occasion. Parmi les produits les plus recherchés : les vélos d'enfants et les produits dont le prix neuf est relativement élevé (canoës, parapentes, kite-surfs, skis, appareils de fitness...). 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter