Marchés

La vidéo numérique descend de son piédestal

Les caméscopes numériques souffraient de leur prix élevé. Les fabricants les rendent enfin plus accessibles.

Les vraies révolutions sont suffisamment rares pour être saluées. Il y a encore six mois, le marché des caméscopes - redynamisé par l'arrivée du numérique - se divisait en deux. D'un côté, les modèles classiques, en VHS ou en Vidéo 8. Prix public moyen : 3 000 F. De l'autre, les luxueux caméscopes numériques ou DV (Digital Video). Offrant qualité optimale, image et son inaltérables, ils permettent l'intégration facile des images dans n'importe quelle application informatique. Et offrent l'avantage non négligeable, du fait du format des cassettes DV, d'une taille vraiment minime. Inconvénient : impossible d'en trouver à moins de 9 990 F.

Du moins jusqu'au début de cette année. Chacun à leur manière, Sony et JVC ont réussi à faire tomber le prix des modèles numériques aux alentours de 6 000 F. Sony en inventant le Digital 8 : un procédé qui permet d'enregistrer en numérique sur des cassettes 8 mm et de pouvoir continuer à lire les cassettes analogiques enregistrées avec un ancien caméscope. JVC en réduisant ses coûts grâce à l'insertion d'un mécanisme d'enregistrement numérique dans un châssis de caméscope analogique, amorti depuis longtemps.

La concurrence reste, elle, sur l'ancienne distinction : analogique ou numérique. Concrètement : le client a les moyens ou pas d'investir 10 000 F dans un caméscope. En juin 1998, Tadahiko Ishigaki, président d'Hitachi Europe, justifiait encore le fait que sa marque persiste - tout comme Sony - à proposer de nouveaux modèles au format 8 mm en rappelant que 90 % des produits vendus l'étaient à moins de 7 000 F.

L'embarras du choix

Estimant que le gros du marché se situe encore là, Hitachi a donc présenté au début du mois d'avril quatre nouveaux modèles analogiques dont le prix varie de 3 490 à 5 990 F. Avec deux nouvelles spécifications : le Dial AE, qui permet de présélectionner un mode d'enregistrement, et le chargeur de batteries intégré. Sony annonce une gamme analogique renouvelée pour très bientôt. Les concurrents, essentiellement Canon, JVC, Panasonic, Samsung et Sharp, se contentent de prolonger la durée de vie de leurs modèles analogiques existants.

Mais les vraies nouveautés se concentrent sur les gammes numériques. Panasonic bat des records de compacité avec de nouveaux modèles présentés à la fin de l'année dernière. Sharp équipe les siens d'un écran tactile (modèles VL-PD1 et VL-RD1S). Plus original, Hitachi continue à promouvoir sa propre norme de vidéo numérique sur la base du format informatique de compression MPEG. Une solution présentée comme plus moderne et orientée vers les applications multimédias. Autant dire que les vidéastes n'auront que l'embarras du choix pour les prochaines vacances.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message