La vie en rose pour la verdure

|

Alors que l'inflation est quasi nulle, le rayon des fruits et légumes enregistre une hausse de son chiffre d'affaires de 4,8%. Une performance très enviable, due au succès grandissant des IVe et Ve gammes.

Le plus gros segment

Les IVe et Ve gammes, à 666,3 M€

Source : SymphonyIRI, CAM au 4.7.2010

C'est tout propre, tout beau, bien préparé, et en sachet. Les légumes des IVe et Ve gammes ont un avantage certain par rapport aux mêmes produits vendus en vrac, dans la zone marché. Et ils en tirent profit. Les ventes sont en croissance de 5,6% en valeur en 2009-2010 : deux fois plus que les produits de grande consommation dans leur ensemble, et ce alors même que, les années précédentes, cette catégorie n'a même pas subi les effets de la crise. Pour mémoire, les ventes en valeur des IVe et Ve gammes avaient augmenté de 2,8% en 2008, puis de 3,8% en 2009. Ainsi, en l'espace de trois ans, c'est un chiffre d'affaires additionnel de presque 100 millions d'euros qui a été engrangé. Peu de marchés peuvent en dire autant.

 

Oser les mélanges

 

834,7 M€

Le chiffre d'affaires* + 4,8 % en valeur** + 4,1 % en volume**

1,12 % La part dans le chiffre d'affaires des PGC*

49 % La part des MDDen valeur*

Source : SymphonyIRI * CAM au 4.7.2010 ** Évolution vs 2009

Les salades, qui comptent pour 88% du segment, sont évidemment en première ligne pour expliquer cette réussite. Le sachet, qui pouvait faire craindre une fraîcheur toute relative auparavant, n'est plus un obstacle aujourd'hui. Du simple achat de dépannage, ces salades présentées sous ce packaging sont maintenant plébiscitées.

Les ventes de mâche, tout particulièrement, qui représente à elle seule 16% du marché, progressent de 5%. Mais, surtout, ce sont désormais les mélanges qui dynamisent - et égayent, par leurs couleurs chatoyantes - le rayon. Bonduelle vient ainsi d'oser le mélange frisée, pousses d'épinards et lamelles de pommes rouges... Cela ouvre en grand le champ des possibles : des fruits sous IVe et Ve gammes demain ? Pourquoi pas, laisse-t-on entendre du côté de Bonduelle.

 

Plus de place en rayon

 

Les légumes marinés

+ 5,7 %, à 4,2 M€

Les IVe et Ve gammes

+ 5,6 %, à 666,3 M€

Les fruits secs

+ 1,7 %, à 164,2 M€

Source : SymphonyIRI, CAM au 4.7.2010 Évolution vs 2009

En tout cas, la tendance, clairement, est à mettre de la couleur dans la verdure. Ce mois d'octobre voit Florette lancer un mélange frisée, mâche et... chicorée rouge. Quand Crudettes, de son côté, distille quelques tomates cerise avec sa mâche. Une nécessité pour continuer à faire en sorte que ce rayon reste dynamique. « Les années faciles sont derrière nous, confirmait récemment à LSA Geoffroy Lenoir, directeur du marketing de Florette France. Pour faire croître le marché, nous devons proposer des assortiments pointus. »

La diversité des références proposées ? Au point. Les couleurs, pour faire joli dans le rayon, et agréable au goût ? Également au point. Reste aux enseignes de la grande distribution à jouer massivement le jeu, en accordant une plus grande place à cette catégorie, en la valorisant davantage, par exemple. Une bonne implantation doublée d'un bon merchandising, et ce serait pas loin de 10% de chiffre d'affaires additionnel à gagner, affirment les industriels. Et 10% supplémentaires, mine de rien, cela représente tout de même près de 70 millions d'euros...

LES TENDANCES

Les ventes sous promotion sont en baisse.

Les IVe et Ve gammes confirment leur succès.

L'inflation est enfin maîtrisée (+ 0,7%).

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° HSPGCSIAL

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous