La vocation de la grande distribution

THIERRY COTILLARD prend la succession de Pierre de Saint-Vincent à la direction de l'offre Alimentaire d'Intermarché et de Netto.

Un HEC chez Intermarché.
Un HEC chez Intermarché.© DR

EN DATES

1998 Diplômé de HEC 1998-2001 Passe trois années chez Intermarché Italie 2001 Revient en France, au siège des Mousquetaires, pour notamment prendre en charge l'enseigne Vétimarché au moment du passage à Vêti, entre 2004 et 2006 2007 Devient adhérent et prend la tête de l'Intermarché d'Issy-les-Moulineaux, dans les Hauts-de-Seine 2011 Succède à Pierre de Saint-Vincent à la direction de l'offre Alimentaire d'Intermarché et de Netto

Les diplômés d'HEC ne courent pas (encore) les rues dans la grande distribution. Dans les cénacles décisionnaires des sièges sociaux, un peu, mais au niveau des directeurs de magasin... Si Thierry Cotillard, 37 ans, fait figure d'exception au vu de son CV, ce n'est en revanche pas le cas pour ce qui est de sa vocation : « Un membre de ma famille était adhérent Intermarché, et avait des responsabilités sur le développement international », raconte-t-il. Des stages estivaux, passés à oeuvrer dans les rayons des magasins, entre 17 et 18 ans, achèvent de le convaincre. « Après mes études, j'avais le choix entre Auchan, à Shanghai, ou Intermarché, en Italie, pour partir en coopération. J'ai choisi Intermarché. » Le choix du coeur, donc, jamais démenti depuis. Après dix années passées comme salarié chez les Mousquetaires, il devient adhérent à Issy-les-Moulineaux (92), en 2007. Son tiers-temps le conduit notamment aux achats, aux côtés de Pierre de Saint-Vincent, à qui il succède aujourd'hui. Ce dernier, qui exploite un Intermarché, un Netto et un Relais des Mousquetaires dans le Médoc, se rapproche de ses bases en intégrant la direction régionale Sud-Ouest du Groupement, avec comme objectifs principaux de plancher sur le déploiement la politique commerciale des enseignes. La nomination de Thierry Cotillard est « un passage de relais », insiste ce dernier, qui envisage la direction de l'offre alimentaire comme une charge collective : 300 personnes, au siège, pour s'occuper de ce qui pèse la bagatelle de 15 milliards d'euros à l'achat. Et avec, comme projet majeur pour les dix-huit mois à venir, de déployer l'organisation en category management.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2204

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message