La vraie-fausse publicité d’Intermarché pour interpeller les Français

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Depuis ce matin 29 aout et jusqu’au 5 septembre, Intermarché diffuse une campagne publicitaire proposant de fausses promotions, où les légumes indiqués dans l’offre ne correspondent pas aux visuels. Une « erreur » stratégique - qui a suscité quelques réactions outrées sur Twitter- afin de sensibiliser les Français sur le combat que mènent les Mousquetaires à propos du "mieux manger".

La publicité a d'abord été diffusée dans le métro parisien et aura bientôt un relais plus important.
La publicité a d'abord été diffusée dans le métro parisien et aura bientôt un relais plus important.

Intermarché signe à nouveau avec l’agence Romance et fait encore des siennes. Après le succès de sa publicité "l’amour l’amour" qui vantait la consommation de produits frais, Intermarché récidive. Cette fois-ci, les deux acteurs lancent une vaste campagne dans le métro parisien. Particularité de cette publicité : les offres indiquées ne correspondent pas aux visuels. La promotion de laitues est accompagnée d’un visuel montrant des choux, les concombres remplacent les courgettes et des fenouils illustrent  une offre sur des oignons…

Visuels de la campagne :

La campagne, qui est loin de faire le buzz de la précédente publicité, a tout de même déjà suscité quelques réactions de Parisiens sur Twitter… qui n’ont de toute évidence pas compris le second degré de la publicité:

Une méconnaissance criante des légumes
Car la publicité n’est pas entachée d’une grossière erreur. C'est volontairement qu'Intermarché a décidé de confondre ces légumes afin piéger les Parisiens... et de provoquer une prise de conscience. L’enseigne s’appuie pour cela sur une étude déjà bien connue de l’Association santé et environnement de France (Asef). Celle-ci a a dévoilé, en 2013, une enquête réalisée auprès de 910 écoliers montrant qu’un enfant sur trois ne sait pas identifier un poireau, une courgette et un artichaut. 87% d'entre eux ne reconnaissent pas une betterave. Et 40 % des interrogés ne savent pas que les frites viennent des pommes de terre !
 

Un dispositif menée auprès des écoles

Cette campagne est l’ultime volet du combat qu’entendent mener les Mousquetaires pour vanter le « mieux manger». A la rentrée, Intermarché proposera une application mobile baptisée "les bons légumes" avec des jeux et un kit de sensibilisation mis à disposition des écoles primaires. En parallèle, des sachets de légumes pré-remplis estampillés « les bons légumes » seront également mise en vente en magasins. Enfin, du 1er au 10 septembre 2017, un filet de légumes Intermarché origine France composé de navets, panais, poireaux, oignons et carottes permettra à tous les consommateurs de tester leur connaissance.

L’amélioration de la qualité alimentaire est le sujet qui agite toutes les enseignes. Depuis le mois de janvier 2017, quasi tous les grands noms du secteur ont sorti de leur manche des publicités et des engagements pour valoriser entre autres, la qualité de leurs marques de distributeurs.

 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

1 commentaire

Paule Jacquet

31/08/2017 11h34 - Paule Jacquet

bravo.... je suis toujours sidéré quand je m’aperçois que les gamins ne savent pas différencier une courgette d'un concombre.... je me dis qu'ils ne doivent pas beaucoup en manger chez eux. ma fille à une copine qui ne mange AUCUN légume. Quand j'ai interrogé sa mère, "ben elle aime pas..." donc la gamine mange des nuggets et des frites ou des pâtes le midi et le soir. et quand elle est à la cantine, elle ne mange quasi rien.... donc elle s’empiffre au goûter !!! même si ma fille n'apprécie pas les courgettes elle en mange quand même, tout petit j'ai appris à mes enfants à manger de tout et surtout équilibré ! chez nous on mange bio ou local et ça ne nous coûtent pas plus cher; c'est même le contraire, j'ai fait des économies sur le budget nourriture quand je suis passé à l'achat à 90% chez le producteur (marché ou magasins de producteurs) et 10% en magasin bio !

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA