Marchés

Lactalis-Nestlé veut redynamiser l’ultra frais

|

Le challenger de la catégorie avec 10,8 % de parts de marché valeur (+0,2 point), veut relever à son tour le marché de l’ultrafrais qui continue son déclin (-2,3 % en valeur ;-1,5 % en volume, CAD P8, IRI, HM+SM) en raison, entre autres, de la baisse des quantités achetés des consommateurs et d’une dévalorisation des segments. 

Merchandising UF Lactalis-Nestlé PF

Ainsi, Lactalis-Nestlé Produits Frais (LNPF) veut remettre le starter sur ses piliers tout en continuant à innover, même si les nouveautés ne représentent que 3 % du chiffre d’affaires du marché et tournent deux fois moins qu’un produit fond de rayon. 

Première initiative du fabricant : créer un nouveau pôle sur les crèmes gourmandes qui regroupe les crèmes élaborées ou extra et les yaourts gourmands ou emprésurés. « Avec cette création nous pouvons mettre en avant les produits et séduire les consommateurs, peu fréquents. On adosse ce nouveau pôle à celui des crèmes desserts pour générer du trafic », confie Marie-Hélène Abry, directrice du categroy management et directrice développement des ventes Lactalis-Nestlé PF. Selon la marque, les distributeurs seraient intéressés par le concept.

Deuxième initiative qui s'inscrit dans le prolongement du concept merchandising : le lancement d'une nouvelle gamme à implanter dans ce pôle avec La Laitière Velours de crème. Déclinée en 4 références (chocolat au lait, caramel, chocolat-caramel et chocolat noir), la nouvelle gamme mise sur une texture onctueuse. Les produits, vendus à 1,65 euro, sont sensiblement plus chers que les autres concurrents du marché comme Danette mais Lactalis souhaite ainsi valoriser ce segment.

Tous les fournisseurs de rayonnage sont sur Magasin LSA

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter