Lactalis rechigne à signer des contrats avec ses producteurs

|

Conformément à la loi, plusieurs laiteries ont commencé à signer des contrats avec leur producteurs. Alors que Danone et Senoble s'exécutent, Lactalis fait cavalier seul.

 

Le dispositif contractuel vise à sécuriser les revenus des paysans dans la perspective de la fin des quotas laitiers, programmée en 2015. Danone a signé vendredi dernier son premier contrat cadre avec le groupement de producteurs laitiers de Haute-Normandie. D’ici mars 2012, les quatre autres régions de production du groupe français devraient également signer. Senoble signera demain à la Maison du Lait, à Paris, en présence du ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire.

En revanche, dans toutes ces négociations, Lactalis refuse de signer par l’intermédiaire d’une organisation de producteurs. Le groupe de Laval souhaite établir un partenariat directement avec chaque éleveur. Il avait par ailleurs demandé à ses fournisseurs de signer le contrat avant le 1er décembre. Un vrai « passage en force », dénonce la fédération nationale des producteurs de lait (FNPL).

Stoppées net fin septembre, les négociations ont repris vendredi dernier après l’entrée en lice du médiateur des contrats, saisis par les producteurs Lactalis. Elles tentent d’établir un calendrier de travail afin de « discuter de la reconnaissance des groupements de producteurs autour de l'entreprise ».

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter