Lactalis veut mettre la main sur la totalité de Parmalat

|

Quelques jours avant la fin 2016, le géant laitier français Lactalis a annoncé une offre publique d’achat volontaire sur le solde des actions de sa filiale Parmalat, soit 12,26 % du capital restant. Un investissement qui montrait à plus de 630 millions d’euros.

Lactalis veut acheter les 12,2 % du capital restant de Parmalat pour plus de 630 millions d'euros.
Lactalis veut acheter les 12,2 % du capital restant de Parmalat pour plus de 630 millions d'euros.

Le 27 décembre 2016, le groupe laitier français Lactalis, propriétaire depuis 2011 de Parmalat, à hauteur de 87,74 %, a annoncé vouloir mettre la main sur les 12,26 % du capital restant, pour plus de 630 millions d’euros. Selon le communiqué de Lactalis, cet achat vise à donner une nouvelle dynamique à Parmalat, qui pourrait être plus facilement et plus efficacement atteinte sur le long terme sans faire appel au marché actions. Mais entre les lignes, si le deal aboutit, Lactalis pourra ainsi retirer Parmalat de la bourse de Milan. Par ailleurs, selon certaines sources, avec ce projet, Lactalis viserait à se débarrasser des actionnaires « gênants ». En effet, depuis le rachat en 2011, des tensions vives et récurrentes ont eu lieu avec certains actionnaires minoritaires, dont le fonds Amber Capital.

Mais cette annonce fait également grincer les dents de certains présidents de fédérations laitières. En effet, en pleine crise laitière et alors qu’aucun accord sur le long terme n’a encore été trouvé avec les producteurs, une telle somme engagée par Lactalis pour racheter Parmalat peut être critiquée.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter