Lafayette, le « retailer » de la pharmacie

|

N’en déplaise à l’Ordre des pharmaciens, les pharmaciens ne sont pas que des pharmaciens ! Un groupe de résistants croit aux valeurs du retail et du mass-market. Un exemple à part, les pharmacies Lafayette.

En façade, aucune marque n’apparaît. Deux couleurs luminescentes, tranchant avec n’importe quel mur, ornent les vitrines, vantant le positionnement prix des produits.
En façade, aucune marque n’apparaît. Deux couleurs luminescentes, tranchant avec n’importe quel mur, ornent les vitrines, vantant le positionnement prix des produits.

Dans le monde de la pharmacie, il existe une poignée d’irréductibles. L’an­gle d’attaque de ces pharmaciens retailers hors pair : le low-cost. Le groupement Lafayette, né à Toulouse, avance « une approche prix complètement “ différenciante ” », selon son directeur général, Hervé Jouves. Tout est moins cher. Mais le chiffre d’affaires est pourtant bien plus élevé.

Une pharmacie moyenne réalise en général 80% de son chiffre d’affaires sur les médicaments remboursés – dont les prix sont fixes. « Mais ne vivre que sur le médicament, c’est faire face à un business fragile », avoue Her­vé Jouves. Politique de déremboursement, développement des génériques… Pour les 53 pharmacies Lafayette, les médicaments ne représentent qu’un tiers des ventes, les médicaments non remboursés un autre tiers, et la parapharmacie, le reste. Et c’est sur ces deux dernières catégories que les pharmacies gèrent leur image prix.

36 000 clients par jour dans le réseau

Le réseau discute des accords cadres avec les laboratoires. Le directeur commercial, Pascal Fontaine, est un pur produit du retail, passé par GiFi et Inter­sport. Il promet donc du volume. Et quel volume ! Le groupement annonce 36 000 clients par jour dans son réseau. Au total, le chiffre d’affaires moyen par pharmacie atteint 5,6 millions d’euros (hors taxes), quand une pharmacie classique frise les 1,5 M €. « Nous avons des résultats à faire pâlir n’importe quelle enseigne de commerce spécialisé », estime Hervé Jouves.

Magasin simplifié, aux codes empruntés à la GMS (TG, rayons organisés…) bien loin du « bazar » qui caractérise encore certaines pharmacies. En extérieur, ou dans les rayons, aucune marque n’est visible. « Nous mettons en avant notre positionnement prix », décrit Pascal Fontaine. Cette année, le groupe Lafayette s’aventure même sur le domaine de l’optique, et veut aussi casser les prix. Preuve que la recette doit fonctionner un peu !

5,6 M €

Le chiffre d’affaires HT moyen d’une pharmacie Lafayette, contre 1,5 M € pour une officine « classique »

Source : groupement Lafayette

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2317

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Nos formations

X

Recevez chaque semaine l’actualité des secteurs Droguerie, Parfumerie et Hygiène.

Ne plus voir ce message