Lapeyre mène une discrète cure d’amaigrissement de son réseau

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Frappé par le ralentissement du marché de l’immobilier et l'attentisme, Lapeyre restructure son réseau et ses effectifs, via des fermetures ou la revente de magasins à des sociétés indépendantes, provoquant l'inquiétude des salariés.

Environ 2000 salariés travaillent dans les magasins Lapeyre. Mais le parc a tendance a se réduire année après année.
Environ 2000 salariés travaillent dans les magasins Lapeyre. Mais le parc a tendance a se réduire année après année.

Ca ne va pas fort chez Lapeyre. Confrontée à une baisse des ventes, la filiale grand public de Saint Gobain dédiée à l’agencement de l’habitat réduit son parc de magasins année après année. Et voit ses effectifs s’amenuiser, ce qui inquiète les syndicats. En 2011, le groupe Lapeyre (qui comprend l’enseigne éponyme, K par K et GAM) comptait au total 134 magasins en France, 3 en Suisse et 7 en Belgique. En 2013, il en restait 131 en France, mais plus aucun outre-Quiévrain. Pour Lutte ouvrière, la diminution du périmètre est encore plus importante quand on regarde plus en arrière.

Selon le syndicat, les Lapeyre de Saint-Malo et Verdun vont fermer, « ce qui porte à 12 le nombre de magasins fermés en quatre ans (en France). Non seulement Lapeyre ferme des magasins, mais depuis un an le groupe se débarrasse de certains en les cédant à des sociétés indépendantes ». Emanation de Saint Gobain, la filiale Distrilap gère une grande partie des magasins Lapeyre en direct, mais elle se sépare progressivement de certains points de vente, revendus à des sociétés indépendantes. Et la chute de son chiffre d’affaires est révélatrice, passant de 99 à 81 millions d’euros entre 2011 et 2013 (voir ci dessous).

 

Source Verif.com

 

L'"attentisme" des consommateurs plombe les ventes de l'entreprise

 

Les difficultés actuelles de Lapeyre s’expliquent par les tensions sur le marché immobilier et les déménagements, qui freinent les projets de rénovation intérieure. Très discret sur ses chiffres, Saint Gobain ne précise pas le chiffre d’affaires global de Lapeyre (estimé à 800 millions d'euros environ par LSA), noyé dans son pôle distribution de matériaux pour le bâtiment. Tout juste la maison mère précise t-elle dans son rapport annuel que « Lapeyre connaît une année 2013 plus difficile, tributaire du repli du marché de la menuiserie et de l’attentisme du consommateur final dans les autres segments de marchés comme les cuisines et salles de bains ». Le refrain était déjà le même en 2012, quasiment mot pour mot. Et malgré les initiatives comme le lancement d'un service drive, et un nouveau concept de magasin, les ventes ne redécollent plus.

En avril dernier, les salariés de Lapeyre avaient manifesté, inquiets pour leurs emplois. Matthieu Saintoul, délégué Force ouvrière, indiquait qu’entre les différents départs non remplacés, les ruptures conventionnelles et les fermetures de magasins, cela fait 208 suppressions d'emplois en 2013". Alain Legros, délégué central CGT, indiquait  pour sa part que la direction « avait revendu neuf magasins qui n'allaient pas bien et veut encore en vendre d'autres. On craint une externalisation de plan social". Contactée par LSA, l’entreprise n’a pas encore répondu à nos sollicitations.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine toute l'actualité des marchés, des distributeurs et des fabricants Bricolage, Jardinage et Ameublement.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA