Marchés

LDC trouve un allié en Espagne

Malgré des résultats en baisse du fait des difficultés d'intégration de l'entreprise Marie et de la hausse des matières premières, le spécialiste français de la volaille vient de conclure une alliance en Espagne qui doit aboutir à la création d'une filiale commune. Une annonce qui intervient moins de quinze jours après l'acquisition du transformateur français de dindes Corico.

LDC a signé un accord de coopération industrielle et commerciale avec le groupe coopératif espagnol AN Coop, un des premiers intervenants ibériques de la volaille avec un chiffre d'affaires annuel de 100 millions d'euros sur le secteur. Pendant deux ans, les deux entreprises géreront en commun leurs abattoirs respectifs en Espagne. Avant fin 2011, une société commune détenue à 35 % par LDC sera créée pour développer la production et la commercialisation d'élaborés de volaille sur le marché espagnol. "Ce rapprochement doit permettre à LDC de retrouver progressivement la voie d'un développement solide et profitable en Espagne", a communiqué le groupe cet après-midi à l'occasion de la publication de ses résultats annuels. L'objectif de cette coentrepriseest d'atteindre 140 millions d'euros de chiffre d'affaires  à l'horizon 2013 outre-Pyrénées. LDC espère ainsi acquérir un savoir-faire et une connaissance locale qui lui font défaut. 

En optant pour une alliance, le groupe fait une exception dans sa pratique habituelle d'acquisitions directe d'entreprises. Sans renoncer à celles-ci : il vient de finaliser l'acquisition des abbatoirs lyonnais Corico, qui lui permettront de spécialiser ses sites de production de poulets et de dindes. LDC confirme aussi au passage son intention de poursuivre les investissements, malgré les retards rencontrés dans l'intégration de Marie et la pression sur ses marges exercée par la hausse des coûts et matières premières. Le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 2,55 milliards d'euros, en hausse de 23,7 % au cours de son exercice clos le 28 février 2011, et un résultat net de 47,8 millions d'euros, contre 63 millions d'euros à l'issue de l'exercice précédent. Fort d'une capacité d'autofinancement intacte de 128,3 millions d'euros, il prévoit quelque 100 millions d'euros d'investissements industriels au cours de l'exercice.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’essentiel de l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits alimentaires.

Ne plus voir ce message