Le bad buzz de Costco sur la Bible

|
La photo sur Twitter montrant que Costo avait classé la Bible dans le genre fiction a suscité de vives réactions qui ont obligé la chaîne à regretter publiquement cette erreur d’étiquetage.
La photo sur Twitter montrant que Costo avait classé la Bible dans le genre fiction a suscité de vives réactions qui ont obligé la chaîne à regretter publiquement cette erreur d’étiquetage.

Attention sujet sensible. Aux États-Unis, on ne rigole pas avec la religion. Costco l'a compris à ses dépens la semaine dernière. L'enseigne avait étiqueté la Bible comme une oeuvre de « fiction » dans un magasin californien. Un pasteur s'en est aperçu et a posté la photo sur Twitter : « Costco classe la Bible en fiction... Hmmmm. » Plus tard, le pasteur qui ne semble pas être particulièrement intégriste, a expliqué sur Twitter qu'il n'était « ni outré, ni en colère », mais simplement surpris d'un tel qualificatif. Mais ce dernier a tout de même suscité la polémique sur internet et dans les médias, puisque la chaîne Fox News a fait un reportage sur cette « choquante découverte ».

Ce qui a suscité une vague de messages indignés de la part d'internautes issus de la mouvance chrétienne fondamentaliste aux États-Unis. L'enseigne a rapidement réagi pour couper court à la polémique. « C'est une erreur d'étiquetage que nous regrettons et qui ne concerne que quelques lots. Nous allons retirer les livres et les réétiqueter. » Le pasteur découvreur a même proposé des idées à Costco comme « religion » ou « spiritualité ». Mais l'étiquetage « malheureux » de Costco et la polémique n'ont pas manqué de faire intervenir d'autres internautes. Comme cet Américain qui dit savoir pourquoi Costco a ainsi étiqueté la Bible en fiction : « Car ç'en est une ! »

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2300

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous