Le Bar des coloristes se lance en franchise

|

Lancé il y a un an, Le Bar des coloristes, concept centré autour de la coloration, a prouvé sa viabilité. Ses fondateurs veulent maintenant développer leur réseau en franchise.

Jean-Marc Lucifora a fondé le Bar des coloristes.
Jean-Marc Lucifora a fondé le Bar des coloristes.

La rédaction vous conseille

Toute la franchise

Toute la franchise

Plus de 1800 concepts éprouvés vous attendent

créez votre entreprise

La coloration à emporter, c’est le cœur du concept Le Bar des coloristes. Pour 25 euros, un conseiller réalise un diagnostic des cheveux de la cliente, l’oriente vers la couleur adéquate, lui explique comment mélanger les produits et appliquer la coloration. La cliente repart avec assez de produits pour réaliser deux colorations, les outils d’application (bol et pinceau ou biberon applicateur) et des gants. Quand elle revient, elle a juste à acheter le réassort de produits à 16 euros, soit 8 euros la coloration, ce qui est tout à fait compétitif par rapport aux prix pratiqués en GMS. « Nous vendons des produits de coloration professionnelle Wella qui sont plus pigmentés que ceux que l’on trouve en GMS. 41% de nos clientes entrent pour la coloration à emporter. Dans neuf cas sur dix, ce sont des clientes qui étaient des consommatrices de coloration en GMS. Nous avons donc réussi à capter la clientèle de la GMS. 82 % d’entre elles sont très satisfaites et reviennent », se réjouit Jean-Marc Lucifora, ancien président de Wella France, qui a fondé le Bar des coloristes avec le célèbre coiffeur Christophe-Nicolat Biot.

Un coiffeur qui ne coiffe pas

Le Bar des coloristes propose également les mêmes services qu’un salon traditionnel mais fait tout pour ne pas coiffer ! « Nous avons mis les tarifs des coupes volontairement très élevés pour ne pas en faire. Les deux postes qui plombent les comptes des coiffeurs traditionnels sont la coupe et le brushing qui mobilise un coiffeur sur un client pendant 30-40 minutes. La masse salariale représente en général 50 à 55% du chiffre d’affaires. Chez nous, elle pèse pour 36,6% », confie Jean-Marc Lucifora. Et cela marche : « Nous avons bouclé le premier exercice en décembre 2014. Sur 13 mois, nous avons réalisé un chiffre d’affaires de 575 000 euros là où en moyenne un coiffeur traditionnel réalise 96 000 euros et un coiffeur sous enseigne fait 300 000 euros. Sur les premiers mois de 2015, nous continuons à fortement progresser, en termes de recettes mais aussi en clients », affirme Jean-Marc Lucifora.

Forts de ses bons résultats, les fondateurs veulent maintenant développer leur concept en franchise. Des salons devraient ainsi ouvrir sous ce modèle à Marseille, Nice, Lille Saint-Malo et Le Mans en 2015.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
Franchise explorer

Franchise explorer

L’expertise au service du secteur de la franchise

Toute l'actualité

Toute l'actualité des secteurs d'activité en franchise

X

Recevez chaque semaine l'actualité des réseaux de franchise de la grande distribution et de la restauration.

Ne plus voir ce message