Le billet de LSA : Bon courage Mr Plassat

|

Ce soir Georges Plassat va sans doute savourer son dernier week-end de relative tranquillité. Lundi 2 avril, en effet, l’ex-patron de Vivarte, de Carrefour Espagne ou encore de Casino, qui a démontré tout au long de sa carrière ses qualités de manager mais aussi de redresseur d’entreprise, prend officiellement la direction générale… déléguée (le qualificatif est certainement de trop !) d’un numéro deux mondial de la distribution qui semble à la dérive. Et c’est peu dire que cette arrivée au siège du groupe Carrefour, à Boulogne-Billancourt, est attendue.

Les troupes ont le moral dans les chaussettes. Les cadres – ceux qui sont restés du moins - sont en quête d’un cap clair et de priorités après avoir été essorés par une juxtaposition de réformes complexes et parfois coûteuses : nouveau système d’information, nouvelle organisation des hypers, chasse aux dépenses, nouveau concept… Or, Georges Plassat, du haut de ses 63 ans, est auréolé d’une réputation de manager charismatique au caractère plus que bien trempé. Il a évidemment profité des deux mois de latence entre l’annonce de sa nomination et son arrivée officielle pour consulter, visiter et rencontrer tous azimuts. Se faire une idée, ébaucher des pistes, identifier des hommes pour un projet dont on ne sait rien ou presque. On l’aurait vu, par exemple, visitant ses futures filiales en Amérique latine. Il aurait aussi manifesté son étonnement devant le nombre de personnes employées au siège - « Il y a du monde ici » - ou devant le nombre d’acheteurs de chocolat, « 30 ! Un par parfum ? ».

Nul besoin d’être grand clerc pour penser que la simplification des organisations, une plus grande autonomie des filiales et un choix entre les pays émergents les plus porteurs pour l’avenir et les autres… feront partie de ses priorités. Car, partout ou presque, Carrefour ne fait plus partie des « best in class » de son secteur. En Chine, il est devancé par Sun Art, au Brésil par Grupo Pao de Azucar, en Argentine par Cencosud, en Colombie par Exito, en Espagne par Mercadona et… en France… par Leclerc, Auchan et tous les groupes d’indépendants. La France, où pour la première fois de son histoire le vaisseau amiral du groupe, la branche hypermarchés, a perdu de l’argent en 2011 (près de 200 millions d’euros d’Ebit, selon nos informations) et où ce sont les supermarchés et surtout la proximité – merci la convergence voulue en son temps par José Luis Duran ! - qui sauvent la patrie.

Bref, la tâche sera très rude. Elle passera d’abord et avant tout par un redressement de la France auquel s’emploie déjà depuis plusieurs mois un Noël Prioux, dont le bon sens commerçant allié au pragmatisme, à l’énergie et au leadership de Georges Plassat devraient faire merveille. Il faut le souhaiter en tout cas, car voir couler un aussi beau navire que Carrefour avec ses presque 500 000 salariés, ses 10 000 magasins et qui reste un fleuron de la distribution française et mondiale serait plus que regrettable. Pour tout cela, on ne peut que vous souhaiter bonne chance et bon courage, Mr Plassat.

Jérôme Parigi

3 commentaires

DEJAN

01/04/2012 22h05 - DEJAN

Bonne chance secrétaire FO en charge le groupe carrefour et ex casino a bientôt sur le terrain Le climat social sera déterminât pour votre et le notre avenir

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

commerçant

31/03/2012 18h31 - commerçant

bonjour Mr Plassat, Je vous adresse tout d'abord mes félicitations (un peu tardives !)pour votre nomination. Votre tache est vaste, mais loin d'etre hors de votre portée, au vu des nombreuses réussites inscrites à votre tableau de bord. Permettez moi de vous dire qu'aujourd'hui c'est surtout d'un manque cruel de commerce et de commerçants dont souffre les magasins de votre groupe. Des surfaces pourtant bien achalandées sont vides de tout esprit "commerce" et le moindre renseignement que l'on souhaite demandé devient parfois vite une "affaire d'état", tant on a l’impression de demander " la lune" à des employés (de tous niveaux) en mal de connaissance des produits qu'ils sont sensés "vendre". Il vous faut rétablir d'urgence en magasin le vrai contact client, celui qui fidélise et qui fait la différence avec l'anonymat rencontrer de partout..... et qui fait fuir les clients déçus par les promesses aguichantes des prospectus envahissants de toutes les enseignes ! Cadre expérimenté formé à la bonne école du groupe COMPTOIRS MODERNES de Jean Claude Plassart,je rappelle à votre bon souvenir votre visite " de concurrence" ( vous étiez alors DG chez CASINO) de l'un des magasins que j'exploitais alors pour l'enseigne STOC dans l'Isère. Vos remarques et questions commerçantes m'avaient plu ( même les plus vertes....). Pleines de bon sens,elles m'avaient servis car constructives pour toute mon équipe. Tous mes encouragements, ainsi qu'à Mr Prioux et à toutes vos équipes en magasins ,pour ce challenge à l' entrepreneur gagnant que vous êtes.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

keops13

31/03/2012 13h05 - keops13

Bon courage M. Plassat.... le Mammouth devra être effectivement dégraissé. Siège, Centrale d'achats, sites régionaux, hypermarchés... et j'en oublie certainement. Pour exemple rappelons nous, des anciens (de) Continent : 1 directeur, 3 Chefs de départements, quelques Responsables Point de Vente... tous rémunérés deux à trois fois moins que ceux de chez Carrefour (avant l'OPA de 1999) Les exemples d'économies sont nombreux. Certain que cela se répercutera sur les prix de vente en magasins, tant intégrés que franchisés, et cela pour le seul bien du consommateur, et peut êtrte aussi pour améliorer votre PDM.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter