Le bio en haut de la liste de courses

|

Dossier L’épicerie a été le plus gros pourvoyeur de chiffre d’affaires bio sur les PGC. Ce sont le chocolat, l’alimentation infantile et l’huile qui tirent la croissance aujourd'hui.

  • Chiffres
  • 42 % : le poids de l’épicerie bio dans le CA bio total en GMS, soit 1,48 Mrds €
  • + 22 % : l’évolution en valeur de l’épicerie salée bio
  • + 17 % : l’évolution en valeur de l’épicerie sucrée bio
Sources : Agence Bio, Léa Nature, tous circuits GMS

En 2017, l’épicerie a été le premier contributeur de la croissance des produits bio en France (31 % du total, selon l’Agence Bio) ! Comme en 2016, le rayon de l’épicerie sèche est particulièrement dynamique, avec + 22 % côté salé et + 17 % côté sucré. Un succès dû notamment aux produits apéritifs, aux aliments infantiles et aux huiles (les huiles bio représentent déjà 12 % des ventes en valeur de la catégorie), ainsi que, plus spécifiquement en grandes et moyennes surfaces, aux produits du petit déjeuner et aux conserves de fruits. En GMS, l’épicerie bio pèse 42 % du chiffre d’affaires du bio, soit 1,5 milliard sur 3,4 milliards d’euros, avec une croissance supérieure à 20 %.

Le segment bénéficie d’abord de sa très bonne image auprès des consommateurs. Dans une étude Opinion Way pour Bjorg Bonneterre et Compagnie, datant de septembre 2017, les produits issus de l’agriculture biologique sont perçus comme étant de meilleure qualité (76 %) et avec des effets positifs sur la santé (72 %). Surtout, les nouveaux entrants continuent de nourrir la catégorie. L’année 2018 a vu ainsi l’arrivée de nouvelles marques. Dans les boissons chaudes, après Carte noire, Café royal et Elephant en 2017, la signature emblématique de thé Lipton a franchi le pas en avril chez Carrefour avec une gamme de six références. « Notre ambition est d’être numéro trois sur le bio derrière Léa Nature et Bjorg, Bonneterre & Cie, annonce ­François-Xavier Apostolo, vice-président marketing et ventes d’Unilever. Aujourd’hui, le marché est encore fragmenté. Notre gamme d’infusions bio Elephant, lancée en 2017 et troisième meilleure innovation de l’année dans le classement Nielsen, pèse déjà 30 % de l’offre d’infusions bio en GMS. Nous accélérons aussi sur le thé avec le lancement cette année de Lipton en bio. »

Autres entrées remarquées : celles d’Uncle Ben’s et d’Ebly avec son mélange bio couscous, quinoa et graines de lin. « Notre objectif est de répondre à l’attente des Français pour des produits sains peu transformés et diversifiés », souligne Stéphanie Domange, directrice générale de Mars Food France. Côté pâtes, Barilla a étoffé cette année son offre et lancé, en mars, un pesto au basilic bio. Une gamme de pain Harrys bio est arrivée aussi en juin. Quant à Nestlé, il est le premier à proposer, en plus de la référence standard, une version bio de céréales pour enfants, sur les marques Chocapic et Nesquik.

Davantage de garanties

Les PME ne sont pas en reste, avec le lancement cette année de 17 références bio (préparations, piment, sauces chaudes, froides ou à dipper pour l’apéritif) chez Le Coq noir, une entreprise familiale implantée dans le Vaucluse depuis 1979. Cette nouvelle gamme importante sera soutenue par de la théâtralisation et des animations en grandes surfaces.

Au-delà de ces arrivées en fanfare, nombreux sont les acteurs qui étoffent leur offre. C’est le cas chez Materne, mais aussi chez les spécialistes comme Léa Nature. « À mesure que le bio se standardise, nous arrivons avec des produits à plus forte valeur ajoutée ou offrant davantage de garanties », indique Guillaume Hannebicque, directeur des marques alimentaires chez Léa Nature. Autre exemple, celui d’Ethiquable, qui monte en gamme avec des produits contenant du physalis, un superfruit riche en vitamines. « Nous sortons aussi dans le rayon bio une gamme de chocolat au cacao cru. Le process est plus compliqué car les fèves ne sont pas torréfiées, mais chauffées à 45 °C, ce qui permet de conserver leurs propriétés nutritives et d’avoir un produit plus riche en vitamines, en minéraux et en magnésium », note Rémi Roux, l’un des cofondateurs de la coopérative basée dans le Gers.

Des produits plus sophistiqués qui nécessitent de développer l’outil industriel. Après une première phase d’investissements de 40 millions d’euros en 2017-2018 chez Léa Nature, 60 millions supplémentaires viendront gonfler l’enveloppe sur 2019-2020. Mars Food France a engagé, lui, 1,8 million d’euros sur sa nouvelle ligne de production Ebly à Marboué (28).

De son côté, Barilla compte investir 2 millions d’euros sur le site Harrys d’Onnaing (59)pour de nouvelles gammes de pain bio : construction d’un magasin de stockage, achat de silos, modification des machines d’emballage. « Cet investissement permet de renforcer l’usine et d’en faire le premier et le seul site de production Harrys en bio », signale Miloud Benaouda, président de Barilla Europe de l’Ouest. De même, « pour aller sur le bio, nous avons prévu de réinjecter 3,7 millions d’euros dans notre outil industriel d’ici à 2022 pour renforcer les normes et la capacité de production », indiquait à LSA, en mai, Stéphane Lehoux, président de St Mamet.

Car le bio est une tendance lourde. « La croissance va continuer au moins mécaniquement dans les deux prochaines années, estime Rémi Roux. Les distributeurs font la course à qui sera le plus bio avec une augmentation des rayons et des référencements. » À l’instar d’E. Leclerc qui a annoncé en début d’année la création de 200 magasins dédiés. Ou du groupement des Mousquetaires qui veut ouvrir 80 Comptoirs de la Bio d’ici à fin 2019. 

Emblématique

La marque de thé Lipton (Unilever) a lancé en avril chez Carrefour une gamme de six références bio.

Populaire

Uncle Ben’s (Mars Food France) propose depuis cette année un riz complet bio.

Par deux

Barilla a investi près de 2 millions d’euros dans son site Harrys à Onnaing (59) pour la production de pain bio.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2522

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque semaine l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits bio et responsables, alimentaires et non alimentaires.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA