Le bio russe à l'orée du bois

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Dossier En l'absence de certification locale, les Russes doivent se contenter d'une offre bio très restreinte dans les hypers et supermarchés moscovites ou de quelques enseignes spécialisées. Et toujours à des prix dissuasifs.

Bio-Market possède un seul magasin à Moscou et veut se concentrer sur la vente en ligne.
Bio-Market possède un seul magasin à Moscou et veut se concentrer sur la vente en ligne.

Pour une très large majorité de Russes, la mode bio en Occident est une curiosité exotique parmi d'autres. Et pourtant, la confiance envers les autorités sanitaires est bien plus faible qu'en Europe, à cause de la corruption et de l'absence d'un système fiable de traçabilité.

En conséquence, la distribution de produits bio reste balbutiante et paraît compter trente ans de retard sur l'Europe de l'Ouest. À ceci près que la grande distribution a conscience d'une demande et prend les devants. La plupart des GMS (Auchan, Metro Cash et Carry, Perekriostok) offrent des rayons bio avec un assortiment encore très modeste. Vu le prix très élevé de l'offre (importée pour l'essentiel), deux chaînes d'épiceries haut de gamme (Azbouka Vkoussa et Globus Gourmet) ont décidé d'occuper le terrain. Leurs formats supermarché offrent des marques bio européennes dans le centre-ville de la capitale. Les magasins spécialisés ont fait leur apparition à Moscou et à Saint-Pétersbourg dès le milieu des années 2000, mais beaucoup ont disparu et même les plus solides n'ont pas osé constituer des chaînes. La distribution reste donc très fragmentée, avec, sur Moscou, une dizaine d'épiceries, doublées, pour la moitié d'entre elles, d'un site marchand. Quelques initiatives d'entreprises verticalement intégrées à la manière de Biocoop existent, mais elles restent embryonnaires.

 

Le haut de gamme a la cote

Alexander Konovalov, fondateur d'EcoCluster, l'une de ces coopératives, évalue le marché bio russe autour de 100 millions de dollars par an. Selon lui, la croissance des ventes est très forte dans les épiceries haut de gamme, « entre 30 et 40% par an ». Dans son unique magasin, situé loin du centre, l'assortiment est constitué de 65% de produits importés, la production russe étant limitée aux produits frais. « Nous écoulons nos produits russes principalement chez Bio-Market [lire encadré]. Nous travaillons aussi avec Azbouka Vkoussa et Metro. En revanche, il nous est impossible de placer nos produits chez Auchan, dont les conditions sont beaucoup trop contraignantes. La chaîne logistique des produits frais reste à créer. »

La Fédération internationale des mouvements d'agriculture biologique (Ifoam), évalue, elle, le marché russe entre 60 et 80 millions de dollars, soit à peine 0,1% du marché alimentaire dans son ensemble. Le segment devrait exploser si l'on en croit une étude réalisée par CVS Consulting : 85% des Russes sont prêts à dépenser 10% de plus pour des produits « écologiquement propres ».

Les acteurs attendent que l'État régule le marché, avec, à la clé, une certification pour les produits russes. Une loi est en préparation et « devrait être adoptée d'ici à deux ans », prédit Alexandre Konovalov.

  • 100 M € Le chiffre d'affaires du bio en 2012 évalué par la coopérative EcoCluster Source : EcoCluster
  • 85% Une grande majorité des Russes sont prêts à payer 10% de plus leurs produits pour qu'ils soient bio Source : CVS Consulting
  • x 2,25 La croissance attendue du marché bio en Russie dans les deux ans à venir Source : ministère de l'Agriculture américain

Bio-Market : séduire les familles aisées

Bio-Market est leader des magasins spécialisés bio à Moscou, avec une seule surface de 500 m² dans un quartier chic. L'enseigne vend 70% d'articles étrangers, ainsi que sa propre marque de produits laitiers russes bio. Bio-Market ne prévoit pas d'ouvrir d'autre magasin cette année, mais veut se concentrer sur la vente en ligne, qui ne représente pour l'instant que 4% de son chiffre d'affaires. Un membre de l'enseigne estime la croissance des ventes autour de 10% par an, mais prédit que « le marché devrait bientôt exploser ».

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2274

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

X

Recevez chaque semaine l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits bio et responsables, alimentaires et non alimentaires.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA