Le bloc-notes du rédacteur en chef invité

|
DOMINIQUE SCHELCHER
DOMINIQUE SCHELCHER© © lætitia duarte

Le magasin

C’est un lieu de vie avant tout. Notre sujet est de faire en sorte que le passage en magasin soit unique, personnalisé et que le client ait tout simplement envie de revenir. Ce lieu ne doit pas être interchangeable et il doit proposer des contacts très professionnels. Chacun à son poste doit être commerçant. En fait, notre engagement, Système U, commerçants autrement, doit s’appliquer à tous les postes. Cette expérience unique passera beaucoup par l’alimentaire et les produits frais. Plus que jamais, nos magasins produisent et vont continuer de fabriquer leurs propres produits. Un exemple, on vient d’inaugurer un Super U à Villefranchede- Lauragais, en Haute-Garonne, où l’associé présente sa recette de la saucisse de Toulouse, vieille de trente ans. Proposer une boulangerie, une pâtisserie ou un bon boucher, c’est très fidélisant. Il y a encore du travail à faire dans tous ces métiers. Beaucoup d’associés se mettent à fabriquer leurs glaces, par exemple.

La restauration en point de vente

Ça reste un concept très urbain. À la campagne, il faut une offre de restauration mais plus classique. Et au coeur du magasin, cela ne marche pas tellement. On l’a testé dans l’Est. Ce qui fonctionne partout, en revanche, c’est la démonstration culinaire. Quand tous les premiers samedis du mois, par exemple, un chef cuisinier prépare un plat, le fait goûter aux clients et donne la recette.

Un nouveau concept pour l’épicerie

Avant, nous révisions les concepts tous les cinq à sept ans. Le temps s’est accéléré depuis, car il y a des spécialistes qui donnent le ton et nous obligent à revoir le mobilier et les agencements plus vite qu’on ne le pensait. Mais nous restons très attentifs sur le retour sur investissement. Après, 70 % d’un concept, c’est l’offre. Et c’est un domaine qu’on peut arriver à faire évoluer plus rapidement. Nous nous sommes organisés pour que les choses aillent plus vite entre la création du concept et sa mise en place effective. Nous avons réduit les délais et créé un magasin fantôme, avec un showroom alimentaire pour tester les offres, les mobiliers. Les associés passent voir. Ça permet d’aller beaucoup plus vite que de faire un test en point de vente. C’est dans ce showroom d’environ 1 000 m² que l’on a implanté notre nouveau concept épicerie que nous n’avions pas revisité depuis des années. Aujourd’hui, on ne peut plus se permettre de déployer des concepts trop lourds, il faut les faire évoluer au gré des marchés des concurrents, des spécialistes. Être à jour en permanence. Chez nous, il y a un tiers du parc qui est toujours à jour, un autre qui déploie l’essentiel et un dernier tiers qu’il faut convaincre et motiver.

La beauté

Nous avons un nouveau concept beauté en cours de déploiement qui renouvelle le genre. On y propose le maquillage à nu avec un meuble très abouti. Les clientes y passent plus de temps. On y met plus de lumière, une arche à l’entrée pour bien délimiter et identifier l’espace, avec une offre bio regroupée, des corners soin de la femme, homme-rasage, etc. Les magasins qui l’ont mis en place progressent plus que les autres.

Les coûts d’exploitation

Nous sommes dans une recherche permanente pour trouver le bon équilibre. Sachant que les lignes ont bougé, que les frais de personnel ont augmenté avec le drive, les espaces traiteurs et le fait-maison. Les frais généraux, en revanche, ont tendance à baisser. Le mobilier des nouveaux concepts coûte moins cher par exemple. Le travail sur l’optimisation du compte d’exploitation est essentiel si l’on veut continuer à résister et à se développer. C’est la base du socle de confiance chez les indépendants.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2525

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Nos formations

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres