Le Bon Coin, cet "ovni" qui a détrôné eBay

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le site Le Bon Coin a réinventé les petites annonces en ligne, au détriment des colosses du web. En privilégiant la gratuité et la recherche par la localisation.

Le Bon Coin

Ce jeudi 3 mars 2016, Antoine Jouteau, directeur général adjoint du Bon Coin, nous confesse que la nuit a été courte. La cause n’est pas une soirée mondaine où, pour la énième fois, il aurait dû taire le nom de son entreprise pour éviter d’être le centre de l’attention. Cette nuit-là, Le Bon Coin a lancé sa nouvelle version. Fini le jaune délavé, le changement de look est amorcé, accompagné de nouvelles fonctionnalités sur l’application mobile, et sur la rubrique dédiée à l’emploi, notamment. Le dixième anniversaire du site est l’occasion de faire grossir encore et toujours ce géant des petites annonces en ligne.

Qui aurait un jour parié sur cet ovni ? En 2009, Antoine Jouteau quitte Les Pages jaunes pour rejoindre Le Bon Coin, lancé en 2006. Née de l’union de l’éditeur norvégien Schibsted – qui a racheté le site de petites annonces Blocket (bloc-notes en suédois) – et de Spir Communication, émanation du groupe Ouest-France, la version française dispose au départ de quelques millions d’euros pour développer et adapter le site pour la France. Cette tâche est confiée à Olivier Aizac, ex-Paru Vendu, qui a alors 31 ans. Reste à trouver un nom accrocheur. La plate-forme ne s’appellera finalement pas Côté Annonces ni Chez Georgette, prénom de la grand-mère du fondateur, mais Le Bon Coin.

Un pari osé, mais gagnant

En quelques mois, le site cumule un million de visiteurs. Mais il dérange : eBay règne alors en maître sur les annonces en ligne, Se Loger s’accapare la majorité des annonces immobilières, La Centrale est leader sur l’automobile… Tous le regardent d’un mauvais œil. Et ils ont raison, car le pari du Bon Coin deviendra la clé de son succès. « Sur le site, on entre par la localisation, et non par le produit, ce qui est nouveau en 2006. Et il est entièrement gratuit », rappelle Antoine Jouteau (en photo). Ajoutez à cela un site très sobre pour télécharger rapidement les pages…

Des paris et une gratuité qui paient : en l’espace de trois ans, le site devient rentable et écrase tous les leaders installés, eBay en tête. En 2009, la plate-forme à l’esprit start-up, qui regroupe cinq salariés, se structure. Elle définit sa stratégie de publicité, commence les options payantes pour les particuliers et les frais d’insertion pour les professionnels, qui constituent 10% de sa clientèle. Au fur et à mesure, Le Bon Coin se transforme.

Si les biens de consommation courante restent le gros des volumes des petites annonces, des onglets comme les chaussures ou le vin et la gastronomie naissent et « cartonnent ». Sans parler des annonces curieuses, de la barquette de beurre aux chapelles, en passant par une station de ski, qui entretiennent sa légende. Le Bon Coin, détenu à 100% par Schibsted depuis 2010, compte une vingtaine de frères et sœurs à travers le monde. La version française peut se targuer d’être la championne, entre autres, du chiffre d’affaires.

Le Bon Coin en dates

  • 1997 : naissance du site Blocket en Suède
  • 26 avril 2006 : adaptation et naissance du Bon Coin en France
  • 2009 : début de la rentabilité
  • 2010 : rachat par Schibsted
  • 2012 : lancement de l’application
  • 2016 : nouveau look et nouvelles fonctionnalités

Le Bon Coin en chiffres

  • 179,7 M€ de CA 2015
  • 27 millions de petites annonces publiées
  • 370 de collaborateurs
  • 96% de notoriété
Source : Le Bon Coin 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Article extrait
du magazine N° 2404

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA