Le café, une star pour sonner le réveil

Même si le thé boit la tasse et que les céréales souffrent du désamour des adolescents, qui boudent le premier repas de la journée, le petit déjeuner fait toujours recette. Le café, lui, est surexcité.

Avec un chiffre d'affaires de 1,26 milliard d'euros, le café est sans conteste la star du rayon petit déjeuner. Et quand on leur demande dans

LES TENDANCES

Le thé perd du terrain au profit du café. Les produits « authentiques » plaisent aux consommateurs. Les marques de distributeurs affichent une forte poussée.

quoi ils préfèrent tremper leur tartine, les Français sont 93% à le plébisciter, quand 59% seulement consomment régulièrement du thé. Aussi, cette année a encore été excellente pour les cafés torréfiés, avec une progression de 4,7% du chiffre d'affaires. Elle correspond presque totalement à la hausse du prix moyen, puisque les volumes ont augmenté de seulement 2%. La raison ? Aucune étiquette à la hausse, mais une valorisation par le biais des dosettes. Véritable carton de ces dernières années, elles pèsent 369 millions d'euros en CAM à fin juillet (IRI). Dans le détail, cela traduit une hausse en valeur de 18%, et de 17,6% en volume. De son côté, l'arabica a comme un coup de mou (- 0,1% en valeur sur la même période). Quant au robusta, il continue sa progression (+ 1,6%).

Une campagne télé à la rescousse des solubles

Et le soluble dans tout ça ? Ses ventes fondent à vue d'oeil, avec une chute de 4,2% à fin juillet en cumul annuel mobile. Les mix

2,77 Mrds €

Le chiffre d’affaires,

  • - 2,5%en valeur
  • - 4,5%en volume

3,85% La part dans le CA total des PGC

11% Le poids en valeur desMDD

Source: IRI Données CAM à fin juin 2009 Évolution versus CAM à fin juin 2008

 

café-chicoré sont au bord du malaise, avec une baisse de 6,8% des ventes, tandis que les cafés solubles purs lyophilisés reculent de 1,3%. Du coup, Nescafé compte sur sa gamme Green Blend (café vert antioxydant) et sur une campagne télé, du 20 septembre au 16 octobre, pour redynamiser ses ventes.

Tartines et confitures font de la résistance

Du côté des céréales, la progression reste modeste. Elle affiche tout juste 1,7% de hausse pour un chiffre d'affaires de 577,5 millions

Les tablettes de chocolat + 2,7%, à 828,9 M €

Les bonbons et sucettes + 1,9%, à 467,2 M €

d'euros. D'abord parce que la tartine fait de la résistance, au moins chez les plus âgés. Les ventes de confitures se portent d'ailleurs comme un charme, avec un gain de 9,8% à fin juin en CAM. Au total, un marché qui représente 305,7 millions d'euros. Ensuite, parce que les adolescents, sa cible de prédilection, ne sont pas de grands amateurs de petit déjeuner. Selon les résultats d'une récente étude du Credoc pour Kellogg's, ils ne sont que 54% à le prendre chaque jour... C'est notamment en partant de ce constat que

La petite confiserie de sucre - 11,2%, à 162,2 M €

Les chewing-gums -8%, à 466,3 M €

La confiserie de chocolat - 4,9%, à 668,3 M €

Kellogg's cherche aujourd'hui à relancer le créneau des mueslis, avec Nature's Pleasure. « Avec Nature's Pleasure, nous voulons réveiller la belle endormie des céréales qu'est le segment des mueslis. Un segment peu soutenu en termes d'innovations et de communication », indique Felicia Lepicier, chef produit senior chez Kellogg's. Très simples, plutôt sains, ces flocons plaisent aux seniors, mais ne pèsent encore que 18 millions d'euros, et sont en recul de 3% sur un an.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° HSPGC2009

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous