Le caleçon anti-ondes, cet obscur objet censé préserver la fertilité masculine

|

Belly Armor, après une gamme de vêtements de grossesse anti-ondes, entend maintenant préserver la fertilité masculine avec son caleçon boxer anti-ondes.

Belly Armor présente son... caleçon anti-ondes.
Belly Armor présente son... caleçon anti-ondes.

Quelqu’un, au moins une fois, en vous voyant ranger votre smartphone dans la poche avant de votre pantalon (en admettant que vous soyez un homme), vous a fait ce genre de réflexion : « Ah ! mais tu es fou, c’est dangereux ! ». A ceux-là, désormais, vous pourrez répondre : « Pas de panique, je porte le caleçon boxer anti-ondes de chez Belly Armor. » Ah ça, pour sûr, cela fera assurément son petit effet…

Aucune preuve scientifique

Belly Armor, en effet, après avoir proposé, dès 2012, des vêtements de grossesse anti-ondes, s’attaque maintenant au délicat problème de la fertilité masculine avec ce caleçon boxer. Outre le fait qu’il n’existe absolument aucune preuve scientifique digne de ce nom prouvant par A + B le lien entre la diminution de la fertilité masculine et les ondes qui nous entourent et nous enveloppent de plus en plus, on pourrait également dire bien des choses quant à l’esthétique du produit en lui-même.

la modique somme de 59 euros

Mais, sur ce dernier point, ne nous montrons pas ayatollah du style, et laissons gentiment chacun juger par lui-même. Ce caleçon boxer Belly Armor est doublé d’un tissu protecteur RadiaShield. Composé à 54% de fibres d’argent, il a, selon le groupe, « les mêmes vertus protectrices qu’une feuille d’aluminium de plus de 6 millimètres », permettant ainsi de faire barrage aux ondes électromagnétiques et protégeant « à 99,9% des radiations habituelles des objets du quotidien : téléphone mobile, tablette, ordinateur, smartphone, antenne relais ou écran. » Le tout pour la modique somme de… 59 euros.

 

1 commentaire

Belly Armor

10/06/2015 18h48 - Belly Armor

Bonjour, Concernant les preuves scientifiques, les chercheurs de l'University of Exeter, au Royaume-Uni, sont arrivés à ce résultat en analysant 10 études sur la qualité du sperme, basées sur 1 492 échantillons de sperme. Les ondes électromagnétiques appauvriraient le sperme à deux niveaux : elles réduiraient de 8 % la mobilité des spermatozoïdes et elles affecteraient leur viabilité (durée de vie) de 9 %. L'étude Bioinitiative reprend également plusieurs études sur le sujet : http://www.priartem.fr/Conclusions-du-rapport.html (point 5) Cordialement Belly Armor

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres