Le caméscope numérique se conjugue au pluriel

2001 restera dans les mémoires comme une année faste pour les caméscopes numériques, avec l'introduction de deux standards inédits. Reste à s'y retrouver dans une offre de technologies devenue pléthorique.

Hitachi a ouvert le bal en mars en présentant le premier, et à ce jour unique, caméscope DVD du marché. En août, Sony a créé la surprise avec le format MicroDV, dont les cassettes sont 70 % plus petites que les habituelles DV, déjà compactes, grâce à un taux de compression accru. Après son Digital8, qui permet l'enregistrement numérique sur cassette analogique, le leader mondial du caméscope crée donc un standard de plus. Un de trop, pour certains. De fait, la liste des normes dédiées aux caméscopes est bien longue. Même sans les formats analogiques quasi disparus que sont le VHS et le 8 mm, les rayons voient encore cohabiter le VHS-C, le Hi8, le Digital8, le DV et, donc, le MicroMV et le DVD !

Si les questions de compatibilité ne sont pas aussi aiguës que pour les magnétoscopes ou les enregistreurs DVD, l'existence de tant de normes concurrentes pose problème. Otto Zich, le CEO Europe de Sony, admet que le marché n'en est pas simplifié. « Mais, ajoute-t-il, le Hi8 disparaîtra bientôt. Il restera trois formats : le Digital8, le MiniDV et le MicroMV. » Plus le DVD d'Hitachi qui, utilisant le standard d'enregistrement DVD-Ram, pourrait être confronté à des conflits de norme propres au DVD. En fait, Otto Zich anticipe la disparition des standards analogiques, qui sont en effet en passe de perdre leur seul réel atout : le prix. On trouve sur internet un caméscope DV de JVC à 730,23 EUR. Autant dire un écart de tarif infime au regard de la qualité et du confort d'utilisation du numérique.

Une remarque qui ne vaut pas pour les dernières normes. Plus de 15 000 F pour un modèle MicroMV ou DVD, 300 F pour un DVD vierge ! Chez Sony, on assure que le MicroMV devrait se démocratiser, au détriment du DV. Mais au-delà de ces questions de prix, il faut saluer l'inventivité des fabricants. Alors que tous ou presque mettent en avant la fonction photo des caméscopes numériques, Panasonic va plus loin avec son NV-EX21, qui se coupe en deux pour devenir appareil photo. JVC poursuit la miniaturisation et offre des photos d'une qualité plus qu'honorable (1,92 mégapixel). Jusque-là dédiées au stockage des photos, les cartes mémoires ont désormais d'autres usages. Les IP5 et IP7 Sony permettent d'y enregistrer de la vidéo destinée à internet au format mpeg1, tandis que Panasonic fait de même, mais en mpeg4. Et inclut une fonction dictaphone !

Là encore, les standards s'affrontent. Memory Stick pour Sony, carte SD pour Panasonic, JVC, Canon, Toshiba ou Sharp. Sans compter les premières liaisons sans fil à la norme Bluetooth, mais aussi les connexions aux PC par un classique câble USB, plutôt que par l'efficace mais onéreux FireWire. Autant dire que la standardisation n'est vraiment pas à l'ordre du jour.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1743

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Nos formations

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message