Le Carrefour de Saran, maître dans le management de l'énergie

|

Via un système de management de l’énergie et un suivi permanent, la consommation de l’hyper de la banlieue d’Orléans est optimisée, avec des méthodes plus respectueuses de l’environnement.

L’hypermarché Carrefour du centre commercial Cap Saran, à deux kilomètres d’Orléans (45) affiche 50 ans. Ouvert en 1971, en même temps que ses homologues de Villiers-en-Bière (77) ou des Ulis (91), ce magasin de 13 200 m2 est l’un des plus anciens du parc de l’enseigne. Et malgré son âge et sa structure, il est loin d’être une passoire énergétique. Avec une consommation de 360 KWh/m2, Cap Saran est dans le top 20 des magasins français les moins gourmands en énergie, grâce à une gestion optimisée, et aussi à des travaux récents qui ont renouvelé des équipements vieillissants. Sur l’éclairage, les leds ont ainsi remplacé les ampoules classiques. Et sur la production de froid, les groupes froids ont été eux aussi changés l’an dernier.

Ajustement en direct

Après presque trente années de fonctionnement, les dispositifs avec des gaz HFC (hydrofluorocarbures) – nocifs car accentuant l’effet de serre et le réchauffement climatique – ont cédé leur place à des installations au CO2 flambant neuves. La gestion énergétique concerne aussi des domaines inattendus, comme les fours à pain. L’historique de vente permet de connaître les volumes à cuire, et donc de calibrer le nombre de fours à mettre en route, pour éviter la surconsommation.

Et autour de cette multitude de variables, à laquelle il faut ajouter le chauffage et la climatisation, un élément clé permet d’orchestrer le tout : le management de l’énergie (MDE). Via des outils informatiques programmables et actionnables à distance, la politique énergétique peut être suivie et ajustée en direct. Car l’installation de systèmes performants ne vaut que si elle est suivie. « Si vous ne les surveillez pas, vous aurez une dérive petit à petit », nous explique Carrefour. Ce MDE suit en permanence l’évolution de la consommation journalière, favorisant les comparaisons et le repérage des situations inhabituelles. Qui peuvent s’expliquer naturellement (pic de dégivrage, mise en service d’équipements supplémentaires), mais aussi révéler des fuites ou dysfonctionnements. « Nous estimons que le MDE permet d’aller chercher entre 3 % et 4 % d’économies d’énergie », indique Grégory Rebière, responsable technique et sécurité du magasin, devant l’ordinateur où il peut programmer en avance l’extinction des lumières sur différentes plages horaires, actionner la fermeture automatique des rideaux sur des meubles froids, etc.

La maîtrise de la consommation est un défi quotidien, avec en parallèle des objectifs à long terme, comme la généralisation des centrales de froid au CO2 dans tout le réseau d’ici à 2030, et de l’éclairage à leds (qui couvre 75 % des hypers à ce jour). Pour un magasin, environ 40 % de la consommation d’énergie est représentée par le poste du froid, 25 à 30 % par le chauffage et la climatisation, le reste étant lié aux postes secondaires (fours, éclairage). Si le monitoring permet de repérer les magasins qui ne sont pas dans la moyenne de leur consommation et de mener des actions correctives, des efforts sont aussi faits en amont pour former les équipes. Ainsi, depuis deux ans, Carrefour a mis en place des « référents énergie » dans les sept régions définies par le distributeur, qui vont animer les sujets dans les magasins confrontés à des problèmes. La remontée d’initiatives locales est encouragée. Avec la volonté de manager l’énergie de la même manière en magasin qu’à la maison.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2658

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous