Le Carrefour de Villiers-en-Bière sera fixé sur le travail de nuit le 6 mars

|

Le tribunal de grande instance de Melun (Seine-et-Marne) tranchera jeudi 6 mars sur le sort du Carrefour de Villiers-en-Bière attaqué par deux syndicats, la CFDT-Commerce et Seci-Unsa, pour le travail de nuit.

Les syndicats veulent désormais s'attaquer au travail de nuit dans les hypermarchés de la région parisienne.
Les syndicats veulent désormais s'attaquer au travail de nuit dans les hypermarchés de la région parisienne.© Barbe Lionel, Carrefour

Ces organisations syndicales demandent que le magasin ferme à 21 heures au plus tard, au lieu de 21h30 actuellement. Elles avaient demandé en février la condamnation de Carrefour à 500.000 euros d'astreinte par infraction à la loi.

Le code du Travail stipule en effet que le recours au travail de nuit, limité entre 21 heures et 6 heures du matin, soit exceptionnel et justifié par la nécessité d'assurer la continuité de l'activité économique ou des services d'utilité sociale. En la faveur de Carrefour, les habitudes de consommation des Franciliens qui sortent tard de leur travail et le fait que le travail de nuit soit en grande majorité volontaire.

Le groupe s'appuie également sur un accord d'entreprise signé par les syndicats. En sa défaveur, la question prioritaire de constitutionnalité sur le travail de nuit sur laquelle le Conseil constitutionnel devait trancher aujourd'hui, et repoussée au 14 mars.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message