Le chiffre d’affaires de l’agroalimentaire en fort recul en 2009

|

Les industries alimentaires ont vu leur chiffre d’affaires fondre de 7,9 % en 2009 à 139 milliards d’euros, a révélé Jean-René Buisson, président de l’Association nationale des industries alimentaires lors d’une conférence de presse. «La chute est d’autant plus forte que dans les années passés, l’agroalimentaire en France était en croissance de 5 % en moyenne». Les volumes de production se sont cependant maintenus, mais les prix ont chuté de l’ordre de 8 %, à la fois en raison de la baisse des prix agricoles mais aussi de la loi de modernisation de l’économie (LME), qui aurait renforcé les pouvoirs de négociation des enseignes. «Lorsque nous baissons nos prix, et que les prix agricoles baissent, les enseignes, de leur côté, maintiennent toujours leurs prix, et ce n’est pas nous qui le disons, c’est l’Insee », a tancé Jean-René Buisson. Le président de l’Ania a dénoncé « les chiffres fantaisistes » publiés récemment par la FCD qui faisaient état d’une dégradation des marges des distributeurs et d’une augmentation de celles des fournisseurs, sur la base d’analyses des sociétés cotées en bourse. « En réalité, nos marges d’exploitation se sont dégradées d’un point à 5,1 % ». Tout en notant que l’agroalimentaire avait mieux résisté que la plupart des secteurs de l’industrie, notamment en matière d’emploi, Jean-René Buisson à soulevé à nouveau la question de la compétitivité du secteur par rapport à l’Allemagne. La France est passée de la seconde à la quatrième place pour les exportations.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations

X

Recevez chaque semaine l’essentiel de l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits alimentaires.

Ne plus voir ce message