Le chiffre d’affaires de la «proximité» attendu en croissance de 1% en 2013

|

Selon la dernière étude en date du cabinet Xerfi, « le chiffre d’affaires des magasins de proximité progressera de 1% en 2013 ». Une performance qui, à première vue, peut sembler bien faible - notamment, d’ailleurs, si on la compare aux bilans antérieurs : +2,2% en 2011 et +1,4% en 2012 – mais qui s’explique par l’afflux de nouveaux entrants sur ce marché, justement.

Après tout, qu’on ne se leurre pas : pour attractif qu’elle soit, la proximité ne va pas subitement entraîner un surplus de consommation… Et si l’on rajoute d’ailleurs les coûts généraux induits par cette activité – loyers et frais de personnels, par définition élevés si l’on veut s’essayer à de larges amplitudes horaires – la proximité apparaît bien aléatoire, pour qui ne maîtrise pas ses subtilités.

Ainsi, prévoit Xerfi, « après s’être redressé en 2010, le taux de résultat net des magasins de proximité continuera à fléchir pour s’établir à 2% du chiffre d’affaires en 2013. » Qu’on se rassure, toutefois : le niveau reste nettement supérieur à celui des supermarchés (1,2%) et des hypermarchés (1,4%).

C’est que, dans le sillage des « historiques » du marché, Carrefour avec ses concepts City, Contact et Express, et Casino, avec Shopping et Shop, la proximité a fait du chemin depuis cinq ans. En 2008, année charnière, le chiffre d’affaires du secteur a bondi de 3,4%. De quoi attirer bon nombre d’acteurs, se désintéressant jusque-là d’une proximité se contentant de vivoter gentiment.

U a lancé U Express, Intermarché Intermarché Contact et Intermarché Express et Auchan A2Pas. Les discounters ont fait leur mue, avec des concepts glissant vers le « soft », avec Franprix-Leader Price ou Dia. Il n’y a guère que Leclerc qui, droit dans ses bottes, maintien sa réticence envers le marché. Encore que, à bien des égards, les essais autour de Leclerc Express pouvaient vaguement ressembler à une prise de position timide. Timide et pas forcément suivie de résultats si l’on en croit le bilan du premier semestre 2012 : -0,9% pour le chiffre d’affaires des Leclerc Express.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter