Le choc fiscal portugais inquiète les distributeurs

|

Pour assainir les finances publiques, le gouvernement lusitanien va porter le taux de TVA de 19 % à 21 % au 1er juillet. Les discounters pourraient être les grands bénéficiaires de la guerre des prix qui s'annonce.

« Sincèrement, il fallait faire quelque chose, mais nous ne pensions pas que le gouvernement toucherait à la TVA, avec les risques que cela comporte pour la consommation. » Cette déclaration d'Enrique Martinez, directeur général de la Fnac Portugal, illustre bien le mélange de soulagement et d'inquiétude qui parcourt l'économie portugaise depuis l'annonce de ce plan de rigueur, qualifié par Antonio Rousseau, directeur général de la fédération des grandes surfaces Aped, comme « le plus drastique des quinze dernières années ».

OEuvre du nouvel exécutif socialiste de José Socrates, ce plan veut ramener le déficit public de 6,8 %, sous la barre des 3 % en 2008. En 2002, José Manuel Durão Barroso, alors Premier ministre, avait déjà porté la TVA de 17 % à 19 %.

La dégradation du climat économique n'est pas nouvelle. En 2003, le pays était entré en ré- cession avec une diminution du PIB de - 1,3 %, et 2004 n'avait enregistré qu'une timide récupération, à + 1 %, selon les derniers chiffres. Le taux de chômage est passé de 4 % à presque 7 %. Les aides européennes structurelles et de cohésion, qui représentent 3,5 % du PIB, n'ont pas empêché la divergence de se creuser avec le reste de l'UE : en 2004, le revenu moyen par tête ne représentait plus que 68,8 % du revenu moyen de l'Union à Quinze, contre 73,4 % en 1997.

Intermarché pousse Netto

 

Pour les distributeurs, l'un des paradoxes de la situation actuelle est qu'elle se produit un an après l'entrée en vigueur de la loi 12/2004, qui avait mis fin au gel des autorisations d'ouvertures pour les grandes surfaces. Depuis, selon l'Aped, 252 autorisations ont été concédées pour des grandes surfaces alimentaires ou non alimentaires !

« Cette reprise, dans un contexte de réduction probable de la demande, va se traduire par une baisse des ven-tes au mètre carré et des marges ; les seuls bénéficiaires, dans les deux prochaines années, seront les discounters », prévoit Sonia Pimpão, analyste au Banco Santander de Lisbonne. Sonae et Jeronimo Martins, les deux leaders portugais, se frottent déjà à une concurrence plus internationale et de plus en plus axée sur les prix. En non-alimentaire, Ikea et Media Markt, du groupe Metro, sont entrés au Portugal en 2004. Dans l'alimentaire, outre Dia, Lidl et Plus, bien implantés, Aldi vient de créer une filiale et cherche des terrains ou des magasins à racheter dans le sud, en Algarve. Les Mousquetaires, qui exploitent 223 points de vente dans le pays, ont vite réagi. « Dans nos supermarchés, nous continuons de jouer la proximité, la différenciation et les prix, mais nous voulons aussi développer notre format discount, Netto, dont nous estimons le potentiel à 300 unités en dix ans », explique José Magalhães, le directeur de la communication. Cinq premiers Netto devraient ouvrir courant 2005.

Chez Conforama, François Guin, le directeur général, est à la recherche de fournisseurs pour renforcer « la politique de prix discount ». Pour le moment, les projets de développement à l'horizon 2007-2008, ne sont pas remis en cause, pas plus qu'à la Fnac, qui ouvrira sa huitième unité fin juin. « Nous voulons atteindre les 12 magasins en 2008 et devons, pour ce faire, maintenir notre rentabilité, ce qui nous empêchera d'absorber la hausse de la TVA et nous obligera à la répercuter sur les prix », avertit Enrique Martinez.

Une autre préoccupation est que le différentiel avec la TVA espagnole (16 %) n'accentue la fuite de la clientèle vers le pays voisin, notamment pour les achats alimentaires et pour l'essence. Selon la récente enquête de Panel International pour LSA (n° 1908), le Portugal est l'un des pays les plus chers d'Europe pour les produits de consommation courante. Cette donnée n'a pas échappé aux Lusitaniens. La télévision a diffusé le cas d'un supermarché de Vigo, en Galice, pris d'assaut par les consommateurs portugais.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1911

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA