Marchés

Le chocolat lutte contre la dépression

|

Oasis de croissance, le marché du chocolat bénéficie de la force de frappe de grands industriels. La rentrée est riche en innovations, et les fêtes de fin d'année le seront tout autant.

Le marché du chocolat se porte bien. Certes, la croissance est en net ralentissement par rapport aux périodes précédentes. Reste

+ 2,3%
L'évolution en valeur du marché du chocolat (saisonnier + tablettes + confiserie) à 2,5 Mrds €, CAM à fin juin 2013 versus 2012, en hypers + supers

Source : Iri ; origine : industriels

que, dans l'univers alimentaire, il est aujourd'hui l'un des rares à afficher des croissances très marquées au global et sur ses trois principaux segments. De fait, selon Iri, la progression du marché total, en cumul annuel mobile, atteignait 2,3% en valeur à fin juin, pour un chiffre d'affaires total de près de 2,5 milliards d'euros. Une croissance équitablement répartie entre le saisonnier, les tablettes et la confiserie, tous trois en augmentation en valeur d'au moins 2%, et en volume d'au moins 1,6%.

Hiérarchie stable

À déguster et à cuisiner

Maître du à pâtisser, mais outsider sur le segment adulte, Nestlé passe à l’offensive en septembre avec trois nouveautés « Grand Chocolat » : 75% épicé et équilibré, 84% fleuri et amer et Pointe de 4 épices. Aussi attendu pour octobre, un nouveau packaging pour la gamme à pâtisser, avec une meilleure mise en avant du « Plan Cacao », l’initiative commerce équitable et développement durable de l’industriel.

Une excellente nouvelle pour les cinq grands industriels (Ferrero, Mondelez, Lindt, Nestlé et Mars), concentrant environ 80% du marché, devant les MDD qui semblent plafonner à 9%.

Du côté de la hiérarchie, c'est la stabilité. Solide leader avec plus de 23% de part de marché en valeur, Ferrero maintient globalement ses positions devant Mondelez, grand leader des tablettes, qui n'a que faiblement progressé à environ 18%, malgré des ambitions de développement très clairement affirmées du côté du saisonnier et de la confiserie, deux segments sur lesquels le groupe américain est largement distancé. Suivent, dans l'ordre, Lindt, Nestlé et Mars, avec des variations de part de marché qui n'excèdent pas 0,3%, toujours selon les chiffres Iri transmis par les industriels. Bref, tout le monde a plus ou moins conservé ses positions. Et puisque l'innovation est souvent présentée comme le principal levier de ce marché, reste à savoir si les nouveautés présentées pour cette rentrée 2013 généreront des évolutions plus importantes.

Cap sur Noël

Mais, d'ores et déjà, c'est le prochain Noël qui constitue le rendez-vous le plus important pour le rayon. D'abord parce que l'offre saisonnière (fêtes de fin d'année et Pâques) constitue le segment le plus important (40% en valeur) ; ensuite parce qu'il s'affiche comme le plus dynamique, avec des relais de croissance forts, comme l'offre enfantine.

Outsider du saisonnier, Nestlé affiche, par exemple, des ambitions importantes. L'intégralité de la gamme a été revue, avec des innovations sur la quasi-totalité du portefeuille de marques (Lanvin, After Eight, Smarties...). L'industriel proposera notamment toute une série de petits formats qui apparaîtront dès la mi-octobre. « La précampagne, jusqu'au début décembre, représente à elle seule près d'un tiers des ventes de fin d'année. Une période stratégique de déploiement pour bien capter le " self gifting " et préparer au mieux les fêtes de fin d'année proprement dites », explique Florence Audoyer, directrice de marque pour la division chocolat.

FERRERO, SOLIDE LEADER

 

Part de marché des principaux acteurs du marché du chocolat (saisonnier + tablettes + confiserie), en valeur et en volume, en%, à fin juin 2013, et évolutions, en point, versus 2012
Source : Iri ; origine : industriels

Cinq industriels monopolisent ce secteur, avec 80% de part de marché, loin devant les MDD, qui stagnent à 9%. Ferrero occupe la première place en valeur devant Mondelez, qui fait mieux en volume.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter