Marchés

Le choix gagnant du tout-LS

|
David Wiastershim, responsable de la boucherie.
David Wiastershim, responsable de la boucherie.

L’agrandissement de l’Hyper U de Brie-Comte-Robert, l’un des rares en Ile-de-France, a permis à la boucherie de gagner 35 m linéaires, de développer la profondeur de l’offre et d’augmenter ses ventes. Pas de rayon traditionnel, mais un choix de vente tourné sur le libre-service, même si David Wiastershim, responsable du rayon, en bon boucher qui se respecte, semble regretter de ne pas avoir son stand: «Le magasin mériterait un rayon traditionnel, mais c’est aussi une question de personnel

Il peut se féliciter de gérer l’offre en volailles LS, contrairement à la plupart de ses collègues d’autres enseignes, qui voient ces viandes sortir de leur périmètre. Du coup, la part du rayon atteint 8,3 % du chiffre d’affaires du magasin. Les volailles, dont les volumes de consommation ne cessent d’augmenter en France, sont particulièrement choyées.

Si l’Hyper U lui consacre, de manière classique, une partie du mur LS, elle dispose «d’un beau bac pour les poulets, plus vendeur qu’un mur». Le résultat est là: les volailles génèrent 30 % du chiffre d’affaires des viandes, soutenu aussi par la gamme Bien Vu et par des opérations promo de taille. Exemple: 600 poulets prêts à cuire d’élevage industriel rentrés la troisième semaine d’octobre.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA