Marchés

Le classement du Bisphénol A pourrait devenir plus sèvère

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

L'Agence française de l'alimentation demande "au niveau européen" un classement plus sévère du bisphénol A (BPA), qui ne serait plus toxique "suspecté" pour la reproduction, mais "toxique pour la reproduction".

Cette initiative s'inscrit "dans la continuité des travaux", rapports et avis de l'Anses sur cette substance chimique, considérée comme un perturbateur endocrinien, note en ligne l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses).

Le BPA se trouve dans les revêtements plastiques internes de canettes et boîtes de conserve, ainsi que dans certaines bouteilles en plastique et dans des amalgames dentaires. Au Canada, en France et au Danemark, ce produit est interdit pour la fabrication des biberons.

L'Assemblée nationale française a voté il y a un an en faveur de son interdiction dans tous les contenants alimentaires. La proposition de loi, que soutient le gouvernement, devrait passer le mois prochain au Sénat. Depuis 2002, le BPA fait l'objet d'un classement européen comme toxique "suspecté" pour la reproduction.

La "proposition de révision du classement du bisphénol A, en vue d'un classement plus sévère de cette substance en tant que toxique pour la reproduction, au niveau européen" a été déposée auprès de l'Agence européenne des substances chimiques (ECHA).

La France propose de classer le bisphénol A comme "toxique" pour la reproduction "sur la base des effets sur la fertilité et le système reproducteur mâle et femelle observés chez l'animal et corroborées par des études épidémiologiques chez l'être humain, dont la pertinence est discutée".

Ce nouveau classement, en catégorie 1, aurait pour conséquence directe l'application de mesures réglementaires plus sévères, en particulier l'obligation de mesures de prévention renforcées pour les utilisations professionnelles du bisphénol A (en premier lieu sa substitution), ou l'interdiction de mise sur le marché de mélanges contenant du bisphénol A à destination des consommateurs, selon l'Anses.

Cette proposition devra suivre le cheminement de la réglementation européenne (procédure d'acceptation, consultation publique, vote, etc.), avant de pouvoir éventuellement être avalisée pour ensuite entrer en vigueur, ce qui pourrait prendre environ deux ans.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA