Le commerce associé estime que la réduction des délais de paiement est une "fausse bonne idée"

|

Alors que Bercy envisage une réforme des délais de paiement pour les réduire, la Fédération du commerce coopératif et associé (FCA) défend sa position : si l'idée est "louable", elle pourrait mettre en péril de nombreuses PME.

Pour la FCA (ici son président, Eric Plat), la réduction des délais de paiement pourrait mettre en danger les PME.
Pour la FCA (ici son président, Eric Plat), la réduction des délais de paiement pourrait mettre en danger les PME.

Certes, la réforme ne devrait pas intervenir avant le printemps prochain. Le ministère de l'Economie envisage de réduire le plafond des délais de paiement, fixé à 45 jours fin de mois maximum par la loi de modernisation de l'économie de 2008. Objectif : éviter que des PME ne déposent le bilan pour cause de délais de paiement trop longs qui grèvent leur trésorerie. Certes, l'effort est louable, selon la Fédération du commerce coopératif et associé, mais "diminuer sèchement ces délais ne constitue pas la solution aux difficultés de certaines PME". Représentant 30% du commerce de détail en France et 32 000 PME, la FCA connaît bien le sujet.

Surcharge financière

Toujours selon la FCA, le crédit dit "fournisseur" joue un rôle qu'il ne devrait pas. "Si l'on applique aux PME du commerce associé une réduction des délais de règlement, on aboutit naturellement à une augmentation notable de leur besoin en fonds de roulement et on crée une surcharge financière pour ces entreprises". Et le manque de trésorerie risque d'aboutir au défaut de paiement. "On connaît la frilosité des banques à accorder des découverts ou des crédits à moyen terme pour financer le BFR. La réduction des délais de paiement pourrait s'avérer fatale à nombre d'entreprises dont la rentabilité est moins bien assise". Toute cette réflexion aboutit à une proposition : repenser l'accès des PME au financement et renforcer leurs fonds propres. 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter