Le commerce déniche deux sites atypiques à Nice

|

Les opérations de la Gare du Sud et de l'Olympic Nice Stadium, validées au cours des six derniers mois, offriront plus de 30 000 m² de surfaces commerciales d'ici à 2013 à la préfecture des Alpes-Maritimes.

© DR

Une ancienne gare réaffectée et un stade neuf. C'est curieusement à travers deux aménagements dont la finalité commerciale n'est pas l'élément majeur que la disponibilité foncière à Nice se débloque. Car en 2008, la création d'Éco-Vallée, dans la plaine du Var à l'ouest de la ville, a remisé dans les cartons quelque 160 000 m2 de surfaces commerciales en gestation.

Ailleurs dans cette cité entre collines et mer, le foncier est introuvable. « La dernière création commerciale majeure en centre-ville remonte à plus de trente ans », se désole Philippe Bono, spécialiste du commerce chez BNP Paribas Real Estate. Du coup, l'offre commerciale pour cette aire urbaine de plus de 500 000 habitants est inférieure à celle de villes plus modestes. Les magasins en place bénéficient d'une rente de situation en affichant les plus gros chiffres d'affaires. Tel Carrefour Lingostière, parmi les trois premiers de l'enseigne, ou les Galeries Lafayette, dont les magasins de Cap 3000 et de Masséna trustent respectivement les deuxième et troisième places.

 

Une médiathèque et une cité marchande

Deux opérations, montées sous la forme de partenariats public-privé, apporteront donc une « respiration commerciale » à la ville. La première sera un pôle urbain multifonctionnel sur le terrain de 2 ha de la gare du Sud (désaffectée) des Chemins de fer de Provence, dans le quartier de la Libération, desservi depuis deux ans par la ligne 1 du tramway. La seconde est liée au futur grand stade, dans la plaine du Var.

En juin, la municipalité a validé, après concours, le projet du groupe ING Real Estate pour l'ancienne gare. « Dans le cahier des charges, nous souhaitions conserver et rénover l'ancien bâtiment datant de 1892, avec sa verrière dessinée, dit-on, par Gustave Eiffel », précise Alain Philip, adjoint à l'urbanisme. Le bâtiment historique abritera une médiathèque alors que la grande verrière protégera une cité marchande. « Notre préférence va vers un espace commercial et d'animation dont le modèle est Covent Garden, à Londres. » Elle pourra servir à des événements : concerts, défilés de mode...

Sur le terrain s'élèveront des immeubles d'habitation, une résidence pour étudiants, des salles de sport et locaux associatifs et un multiplexe de huit salles pouvant aussi héberger d'autres événements organisés par la ville. En sous-sol sera ménagé un parking public de 750 places. Les commerces occuperont le rez-de-chaussée et le premier étage des immeubles donnant sur les espaces piétons. Un Intermarché, déjà implanté au rez-de-chaussée d'un immeuble limitrophe, poussera ses murs à 3 000 m2. « L'offre commerciale sera raisonnable et complémentaire à celle d'un quartier déjà bien pourvu en la matière », poursuit Alain Philip.

 

Une vaste enceinte sportive accueillant des commerces

Deuxième grande décision, en octobre, la ville a choisi le projet de Vinci Concessions pour la réalisation et l'exploitation sur trente ans de l'Olympic Nice Stadium, au coeur de la plaine du Var. Cette vaste enceinte sportive de 35 000 places accueillera dès 2013 les Jeux de la francophonie puis l'Euro de football en 2016.

L'équipement s'inscrit dans un site de 20 ha où sera aménagé un éco-quartier avec 1 000 logements, des activités et des commerces. Dans le socle et sous le parvis de l'enceinte, qui abritera le musée national du Sport, Vinci Concessions louera 29 000 m2 d'espaces commerciaux destinés à des moyennes surfaces, des boutiques, de la restauration ou des centres de remise en forme. Philippe Bono constate que « la demande est déjà forte de la part des enseignes de matériel de sport, d'équipement de la maison, de bricolage. Cultura ou Saturn et bien d'autres sont sur les rangs. »

En dehors des matches de football ou de rugby, l'Olympic Nice Stadium s'animera avec d'autres événements sportifs, culturels ou des concerts. « Le cahier des charges impose 210 jours d'occupation par an », explique Alain Philip. À l'intérieur du stade, des salons pourront être loués pour l'organisation de séminaires.

Enfin, l'emplacement, déjà desservi par l'autoroute A8, sera accessible par la future ligne 2 du tramway depuis l'aéroport international et les Chemins de fer de Provence rénovés, avec desserte directe depuis le quartier où s'édifie justement... l'opération Gare du Sud.

 

« Une forte demande des enseignes de culture »

Philippe BONO, directeur commerce Paca chez BNP Paribas Real Estate

LSA - Que pensez-vous du projet Gare du Sud ?

Philippe Bono - C'est un projet équilibré qui mêle habilement logements, commerces et équipements publics. Nous avons des demandes dans les biens culturels ou l'équipement de la personne en cœur de ville. On aurait pu prévoir des surfaces plus grandes sans nuire au projet ni à l'équilibre du quartier.

LSA - Commerces et grand stade, cette formule est-elle judicieuse ?

P. B. - Pourquoi pas ? Elle s'intègre dans l'aménagement d'un éco-quartier. Il faudra faire attention aux enseignes et tenir compte du fonctionnement du stade. À Saint-Denis par exemple, le commerce ferme lors des matches. Le projet est séduisant au plan architectural. Les surfaces commerciales répondent à la très forte demande dans ce secteur des enseignes de sport, de culture, d'équipement de la maison. N'oublions pas que ce projet s'insère dans une opération d'intérêt national. La seule inquiétude réside dans l'impact de cette offre nouvelle sur le centre-ville ou les projets prévus à proximité, comme la restructuration de Cap 3000 par Altaréa ou l'aménagement de la zac Saint-Jean par Socri à Cagnes.

Le projet Olympic Nice Stadium

- Promoteur Vinci Concessions

- Architecte Jean-Michel Wilmotte

- Surface totale 29 000 m2 (Vinci Immobilier) au sein d'un stade de 35 000 places hébergeant un musée national du Sport

- Coût pour Vinci 245 M €

- Chantier mi-2011

- Livraison mi-2013

/div>

Le projet Gare du Sud

- Promoteur ING Real Estate

- Architecte Cabinet Reichen et Robert

- Surface totale 25 000 m² de shon pour des logements, commerces, équipements publics et 702 places de parking sur un terrain de 2 ha, dont commerces : un multiplexe de neuf salles (1 870 places), 5 000 m2 de commerces, dont 1 600 m2 pour l'extension d'un Intermarché, et une halle de 1 700 m2

- Chantier fin 2011

- Livraison mi-2013 et 2014

- Coût pour la ville 13,8 M €

- Coût promoteur NC

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2157

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous