Le commerce indépendant (FNH) s'oppose à l'avancée de la date des soldes

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Éric Mertz, président de la Fédération Nationale de l'Habillement, s'oppose totalement à l'avancée de la date des soldes. Et ils réfutent catégoriquement les propos tenus dans les médias ces jours derniers.  

"C'est un contresens complet sur ce que nous devons faire pour nos entreprises"
"C'est un contresens complet sur ce que nous devons faire pour nos entreprises"© © LAETITIA DUARTE

Le communiqué de la FNH es très clair « Contrairement à ce qui a été dit ces derniers jours par le Président de la Confédération des Commerçants de France et repris dans les médias, les commerçants indépendants ne demandent pas à ce que les soldes soient avancées au 2 janvier », peut-on y lire.

« C'est un contresens complet sur ce que nous devons faire pour nos entreprises : avancer les soldes, c'est empêcher les commerçants de vendre au juste prix des produits qu'ils n'ont pas pu vendre ces dernières semaines, c'est amputer leur chiffre d'affaires de gains qui leur seront nécessaires pour tenir face à la crise sociale actuelle » explique Eric Mertz, Président de la Fédération Nationale de l'Habillement, qui représente un secteur tragiquement impacté par la crise. Eric Mertz précise que la FNH n'est pas membre de la Confédération des Commerçants de France et n'a aucunement été consultée avant cette demande. « Nous nous sommes battus l'année dernière afin d'éviter que les soldes démarrent trop tôt, pour obtenir par défaut qu'elles soient maintenues à la même date, alors que nombre d'entre nous souhaiteraient les voir démarrer beaucoup plus tard. Nous n'allons pas accepter aujourd'hui de les avancer malgré la crise que nous vivons » poursuit Eric Mertz.

Eric Mertz demande à la Ministre du commerce Agnès Pannier-Runacher de ne pas tenir compte de la demande qui lui est faite par Francis Palombi, au risque de voir empirer les relations avec les commerçants indépendants, qui, sur le terrain, ne peuvent que constater l'absence des dispositifs de crise décidés par le gouvernement. "Ceux-là demandent en effet avec force que le gouvernement intervienne plutôt en régions dans la mise en place concrète des mesures de crise décidées ces dernières semaines, pour les TPE/PME du commerce qui souffrent considérablement depuis le début de la crise", conclut le communiqué.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA