Le commerce s’interroge sur ses «libertés » entravées le 11 février

|

«Quelles libertés pour le commerce ? » Tel sera le thème des Etats Généraux du commerce, organisés par le Conseil du commerce de France, la semaine prochaine. De grands dirigeants d’enseigne, comme Jérôme Bédier, secrétaire général de Carrefour, viendront plancher sur la question lors de tables rondes, ainsi que des députés. La ministre du Commerce, Sylvia Pinel devrait y présenter la loi qu’elle défendra la même semaine devant les députés.

Le président du Conseil du commerce de France veut une réflexion sur les raisons qui freinent le commerce.
Le président du Conseil du commerce de France veut une réflexion sur les raisons qui freinent le commerce.

La grand’messe annuelle des fédérations de commerce, qui se tiendra à Bercy le 11 février, devrait être l’occasion pour les centaines de participants - 400 sont déjà inscrits - de réfléchir à la manière de faire face à la crise. Le thème, »Quelles libertés pour le commerce », retenu par le président du Conseil du commerce de France, Gérard Atlan, promet de beaux débats. Le commerce serait-il donc enchaîné, au point qu’il ait besoin de libertés, au pluriel ?

« Il n’est pas enchaîné, mais il est freiné, il doit renouer avec sa fonction d’intégrateur social et pour y parvenir, nous demandons qu’on nous laisse grandir, nous installer, transmettre les entreprises de la manière la plus efficace pour pouvoir rebondir, défend Gérard Atlan. Nous refusons de rester isolés, nous devons prendre la parole, le sujets sont nombreux, les difficultés ne manquent pas et elles ne sont pas si différentes des autres activités».

Pour nourrir le débat, des grands acteurs sont attendus, Jérôme Bédier, secrétaire général de Carrefour, Sébastien Gogez, directeur retail de Bata, Fabrice Filleur, directeur général d’Euronics France, William Koeberlé, président de la fédération de la parfumerie, les députés Laurent Grandguillaume, Thierry Benoît et Françoise Descamps-Crosnier. Sylvia Pinel, ministre du Commerce, devrait présenter le projet de loi sur le commerce – encadrement des charges locatives et urbanisme commercial – qu’elle défendra dès le lendemain 12 février devant les députés.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter