Le Comptoir de Mathilde inaugure sa première boutique parisienne

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le Comptoir de Mathilde a inauguré sa première boutique parisienne à côté de Beaubourg dans le 4ème arrondissement. Un esprit vintage pour cette chocolaterie artisanale et épicerie fine.  

Comptoir de Mathilde ouvre sa première chocolaterie-épicerie fine à Paris
Comptoir de Mathilde ouvre sa première chocolaterie-épicerie fine à Paris© COMPTOIR DE MATHILDE

La rédaction vous conseille

Toute la franchise

Toute la franchise

Plus de 1800 concepts éprouvés vous attendent

créez votre entreprise

Le Comptoir de Mathilde a inauguré hier sa première boutique parisienne au 4 rue Beaubourg dans le 4ème arrondissement de Paris. Le concept est né fin 2007 dans la Drôme provençal à l’initiative de Richard Fournier qui ouvre alors avec sa femme un premier magasin à Nyons (26). "Au début il s’agissait d’une simple chocolaterie puis le concept a évolué avec des produits d’épicerie fine (vinaigre, huile, sel, poivre…) et des liqueurs et apéritifs de spécialités qui représentent désormais 40% de l’assortiment", raconte-t-il. Plus de 90% des produits proposés sont fabriqués en interne dans 3200m2 d’ateliers qui ont vu le jour en 2012 à Tulette dans la Drôme provençale. Avec l’objectif de faire de beaux et bons produits pour fidéliser la clientèle. Et accessibles en termes de prix sur un créneau moyen-haut de gamme. Les produits stars ? Ses pâte à tartiner d’antan (8€ le pot de 150g) ou ses babas au rhum, petits savarins en forme de bouchon imbibés de sirop à base de Rhum, Grand Marnier ou Limoncello, présentés dans des bocaux en verre.

Goûter d’autrefois

"C’est le retour aux goûters d’autrefois", précise Richard Fournier qui évoque sa grand-mère Mathilde, celle qui a inspiré le nom de l’enseigne. L’esprit est vintage avec du mobilier en bois chiné dans les brocantes ou de récupération comme des anciennes caisses à pommes, ou des caisses Palox empilées sur un sol en béton ciré. "Chaque boutique d’une surface de 50 à 70m2 a sa particularité sous forme de trompe-l’œil, précise Richard Fournier. A Paris, celui d’une manufacture de chocolat avec des tuyaux pour faire le lien avec le centre Beaubourg ou à Sète la figure emblématique du chanteur Georges Brassens sirotant un pastis. Au fond de la boutique on peut se servir à la tireuse de vinaigre ou de liqueurs aux noms évocateurs comme 69, Redresseur ou Nuit de folie. Au centre de l'espace sont proposés des chocolat et confiserie en vrac. A proximité de la caisse, des cuillères chocolatées sont à tremper dans du lait fourni sur place pour se faire un chocolat chaud à l'ancienne.

Vocation internationale

Aujourd’hui 35 boutiques sont en activité en France et en Belgique dont 15 succursales dans le quart sud est de la France et le reste en franchise. D’ici deux ans, 4 boutiques supplémentaires devrait voir le jour à Paris dont la prochaine dans le centre commercial Vill’Up dont l’ouverture a été reporté au 1er semestre 2016 suite à l’incendie qui a détruit une partie des installations. "Le concept est amené à se développer à l’international, indique Richard Fournier. Nous allons ouvrir à Bracelone d’ici la fin de l’année et nous avons beaucoup de demandes de pays du Moyen Orient avec des projets qui devraient se concrétiser l’année prochaine. Nous avons d’ailleurs revu notre charte graphique et nos étiquettes qui sont désormais en 4 langues". Le ticket d’entrée est de 18 000 € pour les franchisés accompagnés dans leur projet avec notamment une formation dans les ateliers de Tulette. La société qui a réalisé l’an 9 millions d’euros de chiffre d’affaires avec 48 salariés dans sa fabrique fournit aussi des produits à des chocolatiers de renom ou d’autres enseignes comme Nature & Découvertes, La Grande épicerie ou encore le cuisinier Cyril Lignac. Sans oublier son site d’e-commerce peu significatatif en termes de vente mais qui constitue une vitrine obligée pour l'enseigne à l’instar des réseaux sociaux où elle est présente sur Facebook et Twitter.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA