Le Conseil de la consommation veut se réformer

|

L’organisme paritaire entre associations de consommateurs et professionnels de la consommation devrait voir son organisation remaniée, pour gagner en efficacité.

Le Conseil national de la Consommation (CNC), une instance qui regroupe les associations de consommateurs et les fédérations de l’industrie et de la distribution, veut mettre en place une meilleure organisation et gagner aussi en vélocité. Il est ainsi demandé au ministre de la Consommation de renoncer à la nomination de personnes physiques, pour lui substituer les personnes morales, lesquelles choisiraient elles-mêmes leurs représentants.

Le Conseil national de la consommation rend notamment des avis sur les questions de consommation, à la demande du ministre de la Consommation, près duquel il est placé. Dans le projet de loi que va défendre Benoît Hamon prochainement devant les députés, le CNC a ainsi été saisi pour avis sur l’action de groupe, par exemple. Sur ces questions, le CNC veut modifier son organisation afin de mieux répondre à l’actualité tout en conservant son approche d’études approfondies, via la constitution de groupes de travail, et la nomination de rapporteurs et de co-rapporteurs.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter